NOUVELLES

Les dernières idées de Kerry "inacceptables pour un accord-cadre" (Palestiniens)

21/02/2014 06:28 EST | Actualisé 23/04/2014 05:12 EDT

Les idées présentées par le secrétaire d'Etat américain John Kerry au président palestinien Mahmoud Abbas à Paris sont "inacceptables" et ne peuvent "pas servir de base à un accord-cadre" avec Israël, a affirmé vendredi à l'AFP un responsable palestinien.

"M. Kerry a présenté au président Abbas une série d'idées et de propositions qui en sont encore au stade des discussions, lors des rencontres à Paris" mercredi et jeudi, a déclaré ce responsable sous le couvert de l'anonymat.

"Ces idées et propositions ne peuvent pas être acceptées par la partie palestinienne comme base d'un accord-cadre entre les Palestiniens et Israël car elles ne tiennent pas compte des droits légitimes du peuple palestinien", a-t-il ajouté.

Le département d'Etat américain a qualifié jeudi de "constructifs" les entretiens de MM. Kerry et Abbas à Paris, précisant qu'ils étaient "convenus de rester en contact étroit par téléphone et à travers leurs équipes sur le terrain dans les prochains jours et les prochaines semaines".

L'ambiance s'est tendue à l'approche de l'échéance des négociations de paix fin avril. Les délégations israélienne et palestinienne ne s'étant pas officiellement rencontrées depuis plusieurs mois, l'équipe du chef de la diplomatie américaine fait la navette entre les deux parties.

"La position palestinienne exprimée à M. Kerry est que les idées proposées, en particulier l'exigence d'une reconnaissance de la judéité de l'Etat d'Israël comme Etat-nation juif, sont inacceptables", a souligné le responsable palestinien, citant également le caractère "vague" des propositions sur Jérusalem-Est.

M. Abbas "a réitéré la position palestinienne et sa vision d'une solution fondée sur les résolutions de l'ONU, des instances dirigeantes palestiniennes et de la Ligue arabe", a-t-il indiqué.

L'ambassadeur américain en Israël, Dan Shapiro, a affirmé vendredi que les Etats-Unis estimaient qu'"Israël a le droit d'être reconnu comme Etat juif".

"Cela a toujours été la politique des Etats-Unis qu'Israël est un Etat juif et doit le rester. C'est un des éléments de l'accord-cadre sur lequel nous travaillons", a déclaré M. Shapiro à la radio publique israélienne.

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a fait de cette reconnaissance d'Israël comme "Etat-nation du peuple juif" un élément cardinal d'un accord de paix, affirmant que c'est cela, et non l'occupation des Territoires palestiniens, la "racine du conflit".

Les Palestiniens rejettent cette exigence, soulignant qu'ils ont reconnu Israël en 1993 et que l'accepter reviendrait à renoncer sans contrepartie au "droit au retour" des réfugiés, ainsi qu'à leur propre Histoire.

M. Netanyahu doit être reçu le 3 mars par le président américain Barack Obama pour discuter en particulier de l'Iran et du processus de paix au Proche-Orient.

Lors de sa dernière navette au Proche-Orient en janvier, M. Kerry a présenté aux deux parties un projet d'"accord-cadre" traçant les grandes lignes d'un règlement définitif portant sur les questions dites de "statut final": les frontières, les colonies, la sécurité, le statut de Jérusalem et les réfugiés palestiniens.

na-sst-scw/tp/vl

PLUS:hp