NOUVELLES

JO-2014 - Short-track: An, nouvel empereur de Russie

21/02/2014 02:29 EST | Actualisé 23/04/2014 05:12 EDT

Après un premier règne sous un autre nom et un autre drapeau puis quelques années de disgrâce, le Russe Victor An a soumis ses rivaux venus de toutes les contrées lors des épreuves de short-track des jeux Olympiques 2014 qui se sont terminées vendredi.

Comme en 2006, An a remporté trois titres et une médaille de bronze, mais à la différence de son précédent triomphe olympique à Turin, il ne représentait plus à Sotchi la Corée du Sud mais la Russie.

An, connu jusqu'à sa naturalisation russe en 2011 sous le nom de Ahn Huyn-soo, a accompli ce que la Russie attendait de lui quand elle est venue lui faire les yeux doux: lui offrir un titre olympique en short-track, discipline où elle était jusqu'à peu une nation mineure.

Le patineur à la chevelure décolorée, entraîné par le Français Sébastien Cros, a fait même mieux qu'attendu avec trois titres, sur 500 et 1000 m et en relais.

En finale du 500 m, malgré un départ calamiteux, An a devancé le Chinois Wu Dajing, 2e, et le Canadien Charle Cournoyer, 3e.

En guise de clou de la soirée, An a ensuite été le meneur de la domination russe sur le relais, aidée il est vrai par la chute prématurée de la Chine et des Pays-Bas.

- Triplé pour Park -

Les Russes ont devancé les Américains et les Chinois, ce qui permet à An de compter à son palmarès huit médailles olympiques, dont six titres, ce qui en fait l'athlète le plus médaillé de son sport !

Le triomphe de son ancien représentant risque de mal passer en Corée du Sud: après son premier titre à Sotchi, les amateurs de short-track, nombreux dans le pays où ce sport est très populaire, avaient vertement critiqué l'Union coréenne du patinage (KSU).

La présidente du pays, Park Geun-Hye, avait même demandé l'ouverture d'une enquête sur les circonstances qui ont conduit An, maltraité par la KSU, à tourner le dos à son pays.

Déjà échaudés par le titre olympique volé, selon eux, jeudi à leur championne de patinage artistique Kim Yu-na, les Sud-Coréens devraient se faire entendre après le nouveau triomphe d'An.

Le sextuple champion olympique n'en a pas vraiment cure: à 28 ans, son avenir est en Russie qui lui fait un pont d'or pour devenir à terme le grand ordonnateur de son short-track.

L'autre figure dominante de ces Jeux est la Sud-Coréenne Park Seung-hi qui a remporté le 1000 m vendredi, après le 1000 m et le relais.

jr/el

PLUS:hp