BIEN-ÊTRE

Et si l'alcool nuisait à votre sommeil?

21/02/2014 09:39 EST | Actualisé 21/02/2014 09:39 EST
Don Farrall via Getty Images

Vous aimez prendre un verre pour vous détendre avant d’aller au lit? Cette habitude pourrait vous coûter de paisibles nuits de sommeil. Une étude réalisée par Éduc’alcool démontre que, contrairement à la croyance populaire, l’alcool ne serait qu’un «faux ami» du dodo.

Ainsi, s’il aide à s’endormir rapidement et à ne pas se réveiller pendant les premières heures dans les bras de Morphée, l’alcool bouleverserait le restant de la nuit et causerait un sommeil fragmenté, des éveils nocturnes et, parfois, un réveil matinal précoce avec incapacité de se rendormir. Ce sont les conclusions tirées dans la dernière publication de la collection Alcool et Santé d’Éduc’alcool, récemment rendue publique.

Selon le document, 4% des Québécois et 10% des gens qui souffrent d’insomnie ont recours à l’alcool pour soulager leurs difficultés à bien dormir. Il s’avère pourtant que cette catégorie de personnes aurait plutôt tout intérêt à s’abstenir de boire avant de poser la tête sur l’oreiller ou, du moins, à le faire avec modération. La journée suivant une consommation excessive, la capacité à accomplir des tâches d’attention partagée serait affectée en raison des effets de l’abus d’alcool sur le cycle du sommeil. La vigilance et la concentration à des tâches complexes ou dangereuses en seraient perturbées.

En plus de faire le point sur les liens entre alcool et sommeil, la brochure explique les différentes phases du sommeil. Le directeur général d’Éduc’alcool, Hubert Sacy, y livre ses réflexions éclairées sur le sujet.

La monographie Alcool et sommeil peut être téléchargée à partir du site Internet d’Éduc’alcool (www.educalcool.ca). On peut aussi la recevoir sans frais en téléphonant au 1-888-ALCOOL1, et elle sera bientôt disponible dans les hôpitaux, les CLSC et les succursales de la Société des alcools du Québec.

INOLTRE SU HUFFPOST

Les 13 commandements du sommeil