NOUVELLES

Ukraine: l'UE étudie un embargo sur les armes et le matériel de répression

20/02/2014 08:06 EST | Actualisé 22/04/2014 05:12 EDT

L'Union européenne étudie un embargo sur les armes et le matériel au service de la répression, en plus de sanctions ciblées contre les responsables des violences en Ukraine, a-t-on appris jeudi de sources diplomatiques.

Les ministres européens des Affaires étrangères devaient se retrouver jeudi après-midi à Bruxelles pour une réunion de crise alors que les violences meurtrières se sont accrues dans la matinée à Kiev, malgré la présence d'une troïka de ministres européens.

Comme cela est envisagé depuis mercredi, les ministres vont se prononcer sur l'adoption de "mesures ciblées contre les responsables des violences et de l'usage excessif de la force", selon une source diplomatique.

Le projet de conclusions ne précise aucun nom de responsable qui pourrait être concerné par ces sanctions, qui prennent généralement la forme d'interdiction de visas et de gel des avoirs à l'étranger.

Le document qui sera soumis aux ministres des Affaires étrangères prévoit aussi "la mise en oeuvre d'un embargo sur les armes" et "une interdiction des équipements utilisés pour la répression", sans plus de détail sur le type de matériel visé.

L'Union européenne se dit "gravement préoccupée par la détérioration de la situation en Ukraine", ajoutant "qu'aucune circonstance ne peut justifier la répression à laquelle nous assistons actuellement". Le projet de texte "appelle le gouvernement à faire preuve d'une retenue maximum et l'opposition à se démarquer de ceux qui recourent à l'action radicale".

"Toute nouvelle escalade, notamment l'instauration de l'état d'urgence, doit être évitée", souligne l'UE. Elle rappelle qu'il incombe au président Viktor Ianoukovitch et aux autorités ukrainiennes de "faire le premier pas pour permettre le dialogue" qu'elle appelle de ses voeux.

bur-jlb/jri/jeb

PLUS:hp