NOUVELLES

Ukraine: Ianoukovitch d'accord pour des élections anticipées en 2014 (Tusk)

20/02/2014 02:01 EST | Actualisé 22/04/2014 05:12 EDT

Le Premier ministre polonais Donald Tusk a déclaré jeudi que les ministres de l'UE avaient obtenu du président ukrainien Victor Ianoukovitch son accord pour des élections présidentielle et législatives anticipées en 2014.

"Il a été convenu avec Ianoukovitch qu'il est prêt à tenir des élections présidentielle et parlementaires, prêt à créer un gouvernement d'unité nationale dans les dix prochains jours et à changer la Constitution d'ici l'été", a déclaré à la presse M. Tusk.

Selon M. Tusk, le document négocié actuellement à Kiev par les ministres de l'UE donne "un brin d'espoir pour arrêter les violences".

"Mais nos expériences nous disent que les engagements entrepris par l'administration ukrainienne sont rarement tenus", a ajouté M. Tusk, ne cachant pas son scepticisme.

Peu après, le ministre des Affaires étrangères polonais Radoslaw Sikorski, qui se trouvait à Kiev, a indiqué que des progrès avaient été réalisés mais que d'importantes divergences persistaient.

Dans l'entourage du chef de la diplomatie française Laurent Fabius, également présent à Kiev, on indiquait qu'aucun accord politique n'a été trouvé pour l'instant pour sortir de la crise en Ukraine, même si M. Ianoukovitch avait fait des concessions, et que les trois ministres de l'UE retournaient voir le chef de l'Etat ukrainien.

"Pour l'instant, il n'y a aucun résultat", a déclaré pour sa part l'un des leaders de l'opposition, Vitali Klitschko, à l'issue d'une rencontre avec les ministres français, allemand et polonais des Affaires étrangères.

Dépêchés d'urgence jeudi à Kiev, où des affrontements entre manifestants et forces de l'ordre ont fait une centaine de morts en trois jours, les ministres allemand, français et polonais ont eu des pourparlers de plusieurs heures avec le président Ianoukovitch et avec les dirigeants de l'opposition.

"Les événements de la nuit dernière et de cette dernière matinée montrent que le pire scénario que l'on craignait, c'est à dire le scénario d'une guerre civile, est malheureusement très réel", a souligné M. Tusk.

La Pologne, grande avocate de l'adhésion de l'Ukraine à l'UE, est très préoccupée par la situation chez son voisin de l'est.

M. Tusk a appelé les Polonais à des gestes de solidarité avec l'Ukraine. Vendredi, des cierges devraient être allumés aux fenêtres dans toute la Pologne à 20h00 heure locale (19h00 GMT) à la mémoire des victimes des affrontements à Kiev.

mc/plh

PLUS:hp