POLITIQUE

Le NPD veut des audiences pancanadiennes sur la réforme électorale

20/02/2014 12:41 EST | Actualisé 22/04/2014 05:12 EDT
Shutterstock / Volga

OTTAWA - Le Nouveau Parti démocratique tente de raviver l'indignation publique entourant le projet de loi conservateur sur la réforme électorale, espérant capter davantage l'attention des Canadiens, alors que les Jeux olympiques tirent à leur fin.

Le NPD entend déposer lundi une motion qui forcerait des audiences publiques pancanadiennes sur C-23, une loi qui réforme de fond en comble les règles électorales au pays.

«Un gouvernement tricheur en série tente de tricher de façon anticipée à la prochaine élection», a accusé le chef adjoint du NPD, David Christopherson.

«Voilà pourquoi nous devons sortir de la bulle d'Ottawa et entendre le point de vue des Canadiens qui seront les plus affectés par ce projet de loi», a-t-il ajouté.

Entre autres choses, le projet de loi augmente le plafond annuel des contributions politiques à 1500 $, dépouille Élections Canada de son pouvoir d'enquête, lui interdit de faire de la publicité pour mousser le taux de participation électorale et abolit la pratique du recours à un témoin pour le vote des citoyens sans carte d'identité.

Le directeur général des élections Marc Mayrand a lui-même condamné le projet de loi conservateur, notamment parce qu'il croit qu'il limitera l'accès au vote.

Les troupes de Stephen Harper ont déjà rejeté l'idée d'une tournée au pays et M. Christopherson admet que sa motion a peu de chance d'être adoptée, en raison de la majorité conservatrice en Chambre.

Son collègue Craig Scott met toutefois au défi les députés conservateurs d'arrière-ban de voter en faveur de la motion néo-démocrate compte tenu des bouleversements néfastes que provoquera l'adoption de C-23, à son avis.

Selon M. Christopherson, ce n'est pas un hasard si les conservateurs ont déposé leur budget, un projet de loi sur l'immigration et celui sur la réforme électorale en pleine période olympique. Il admet que, l'attention des Canadiens étant tournée vers les Jeux de Sotchi, il est plus difficile de mobiliser l'opinion publique.

La tactique de lundi aura pour effet de remettre le sujet sur le tapis en forçant un débat en Chambre sur la question, après une semaine de pause dans le calendrier parlementaire.

Le texte de la motion demande par ailleurs la comparution en comité d'Élections Canada, du ministre d'État responsable de C-23 Pierre Poilievre, ainsi que divers organismes de lutte à la pauvreté, de représentation des personnes handicapées, des jeunes et des étudiants.

Le NPD aimerait que les audiences publiques soient tenues dans toutes les régions du pays en mars et en avril, avec l'espoir de procéder à l'étude du projet de loi article par article dès le 1er mai.

INOLTRE SU HUFFPOST

Quelques controverses du gouvernement Harper