POLITIQUE

Budget provincial: le ministre Marceau revoit à la hausse ses prévisions de croissance économique (VIDÉO)

20/02/2014 04:16 EST | Actualisé 22/04/2014 05:12 EDT

QUÉBEC - Le ministre des Finances, Nicolas Marceau, revoit à la hausse ses prévisions de croissance économique par rapport à sa mise à jour de novembre dernier, en raison d'une fin d'année 2013 «plus robuste que prévu».

Ainsi, le gouvernement Marois entrevoit maintenant une croissance de 1,9 pour cent du produit intérieur brut pour chacune des années 2014 et 2015, ce qui représente une révision à la hausse de 0,1 point de pourcentage par rapport à ses prévisions de novembre. Cette prévision demeure inférieure à la moyenne des économistes du secteur privé, qui anticipent une croissance de 1,9 pour cent pour le Québec en 2014 et de 2,1 pour cent en 2015.

Pour l'année 2013 qui a pris fin, le ministre Marceau estime que la croissance s'est établie à 1,2 pour cent, soit une performance sensiblement supérieure à sa prévision de 0,9 pour cent faite en novembre.

Selon le gouvernement, une progression plus soutenue des exportations, attribuable principalement à la vigueur de l'économie américaine au deuxième semestre de 2013, a permis à l'économie québécoise de faire mieux que prévu.

Malgré cette embellie, la faiblesse de l'inflation ainsi que la réticence des ménages québécois à dépenser ont fait en sorte que les revenus budgétaires ont été inférieurs de 125 millions $ par rapport aux prévisions de novembre dernier. Les revenus tirés des taxes à la consommation ont notamment été inférieurs de 73 millions $ par rapport aux prévisions précédentes.

De même, le gouvernement a engrangé 130 millions $ de moins que prévu en impôts des sociétés, ce qui a été en partie compensé par des revenus supérieurs de 125 millions $ provenant de l'impôt des particuliers, toujours par rapport aux prévisions de la mise à jour économique de novembre 2013.

Le gouvernement prévoit que la vigueur accrue de l'économie au cours des prochaines années aura pour effet de faire grimper graduellement le taux annuel d'inflation, le faisant passer de 0,9 pour cent à 1,2 pour cent en 2014 puis 1,8 pour cent en 2015. Cette situation devrait permettre de relancer la croissance des revenus tirés des taxes à la consommation.

INOLTRE SU HUFFPOST

Budget Marceau 2014: les faits saillants
Le budget provincial sur Twitter