NOUVELLES

Des médias veulent la diffusion de la vidéo de Bieber tournée par les policiers

20/02/2014 09:56 EST | Actualisé 22/04/2014 05:12 EDT
AP
Justin Bieber headshot, after arrest on charges of DUI and Driving with Expired License, Miami-Dade County Corrections booking photo, graphic element on gray

MIAMI - Un juge du sud de la Floride analysera la vidéo tournée par la police peu après l'arrestation de Justin Bieber, afin de déterminer si certaines portions devraient être interdites de diffusion, spécifiquement celles où l'on voit le chanteur uriner dans un contenant.

Le juge du comté de Miami-Dade, William Altfield, a expliqué qu'une nouvelle audience aura lieu le 4 mars, ce qui lui laissera le temps d'analyser les quelque 10 heures de vidéo tournées par la police de Miami Beach.

L'Associated Press, le Miami Herald et des membres d'autres médias souhaitent que la vidéo soit rendue publique, soulignant que les lois de la Floride ne permettent pas qu'elle soit gardée privée.

«Le droit à la vie privée ne peut avoir le dessus sur le droit à l'accès aux documents publics», a affirmé l'avocate de l'Associated Press et de plusieurs autres médias, Deanna Shullman. «Mes clients ne sont aucunement intéressés à montrer les parties intimes de M. Bieber. Il faut les retirer (de la vidéo) et diffuser le reste.»

Me Shullman et Scott Ponce, l'avocat du Miami Herald et de la station CBS de Miami, se sont cependant dits en accord avec la décision du juge d'analyser la vidéo.

L'avocat de Bieber, Howard Srebnick, a pour sa part qualifié d'«insultant» le fait que les vidéos puissent être diffusées, possiblement en censurant les parties intimes du chanteur. Selon lui, il s'agirait-là d'une violation du droit à la vie privée.

«Il n'y a aucune raison pour que les médias fassent un spectacle de cet événement», a déclaré Me Srebnick.

La nouvelle audience prévue le 4 mars fait en sorte que la date du procès de Bieber, prévue pour le 3 mars, sera repoussée.

Justin Bieber a plaidé non coupable à des accusations d'avoir conduit avec les facultés affaiblies, d'avoir résisté à son arrestation et d'avoir conduit avec un permis expiré.

Selon les autorités, Bieber et le chanteur Khalil Amir Sharieff participaient à une course de rue illégale avant d'être arrêtés.