POLITIQUE

La CAQ consent à adopter le projet de loi 52 sur l'aide médicale à mourir

20/02/2014 11:09 EST | Actualisé 22/04/2014 05:12 EDT
PC

QUEBEC - L'adoption du projet de loi sur l'aide médicale à mourir devra attendre, quoi qu'en pense le gouvernement péquiste.

L'urgence invoquée par le gouvernement Marois pour adopter le projet de loi 52 avant la relâche parlementaire de deux semaines n'a pas fait fléchir l'opposition officielle.

Le chef libéral Philippe Couillard a refusé net de restreindre le temps de parole de ses députés, appelés à voter librement pour ou contre la pièce législative selon leur conscience.

Le leader parlementaire du gouvernement, Stéphane Bédard, a aussitôt accusé le leader libéral d'être incapable d'assumer son leadership et de ne pas être à la hauteur de sa tâche.

«Son manque de leadership va faire en sorte qu'on va retarder l'adoption du plus important projet de loi de l'actuelle législation et on va le reporter dans le temps dans un calendrier sur lequel on ne peut pas prédire son atterrissage à court terme», a pesté M. Bédard, affichant un air sombre en point de pressse.

«Pour le parlement, c'est ce que j'ai vu de plus décevant de toute ma carrière», a-t-il poursuivi.

M. Bédard assure qu'il était pourtant prêt accommoder les libéraux pour leur laisser le temps d'intervenir comme ils le souhaitent dans le débat.

«Une démarche de quatre ans va être reportée parce qu'il manquerait une heure, une heure et demi ou deux heures à l'agenda parlementaire? Je peux lui en donner quatre des heures de plus. La CAQ est d'accord, Québec solidaire est d'accord, tout ce qui manque, c'est le consentement de Philippe Couillard qui est incapable de convaincre ses troupes», a soutenu le député de Chicoutimi.

Des tractations de coulisses avaient permis quelques heures plus tôt de trouver un terrain d'entente avec la Coalition avenir Québec (CAQ) et Québec solidaire (QS) afin d'accélérer le pas et adopter le projet de loi jeudi au jour même du dépôt du budget.

Les libéraux sont toutefois restés campés sur leur position: pas question de bousculer le calendrier pour se conformer à l'agenda électoral de la première ministre Pauline Marois, a expliqué M. Couillard.

«C'est une manoeuvre bassement partisane et électoraliste du Parti québécois et on ne tombera pas dans ce panneau-là, a-t-il fait valoir pour justifier son refus de collaborer avec le gouvernement. Ce qui rend le projet de loi politique et partisan, c'est la décision de Mme Marois de faire des élections. Sinon, il n'y a pas de problème, le projet de loi chemine et est adopté.»

Depuis quelques jours, le gouvernement péquiste fait pression sur les partis d'opposition pour adopter le projet de loi avant la relâche sous prétexte que le débat sur le budget accaparera les travaux au retour de la pause dans deux semaines. Comme il est probable que le gouvernement minoritaire choisisse de déclencher des élections avant le vote sur le budget, l'aide médicale a mourir risque de prendre la voie de garage.

Le chef libéral s'est cependant engagé à ramener le projet de loi «dans sa forme actuelle» s'il est porté au pouvoir. D'ici là, le PLQ défendra bec et ongles le droit d'expression de ses députés, a insisté M. Couillard.

«Jamais je n'accepterais de limiter le droit de parole des députés du caucus libéral. On a décidé de tenir un vote de conscience, chacun et chacune des députés veut se lever pour expliquer à ses commettants pourquoi il vote pour ou contre ce projet de loi. On ne voit pas ça souvent au Québec, c'est la première fois qu'on voit ça au Québec un vote de conscience sur un sujet aussi important», a-t-il dit.

Pas moins de 30 députés libéraux ont exprimé leur volonté de prendre la parole en Chambre au sujet du projet de loi 52. Le chef du PLQ a informé Mme Marois qu'il était disposé à poursuivre le processus d'adoption le 11 mars, avant le débat sur le budget. Personnellement en faveur du projet de loi, M. Couillard croit néanmoins qu'il n'y a pas lieu de précipiter l'ordre des choses.

«Il ne faut pas tomber dans le panneau de la fausse urgence et de transformer ce projet non partisan et crucial pour notre société en ballon de football politique. Je regrette, le singe n'est pas sur notre épaule, il devrait être sur l'épaule du gouvernement qui, de par sa décision de lancer le Québec en élection, décide d'utiliser cet enjeu pour des fins partisanes. C'est ça qui est inacceptable», a-t-il soulevé.

INOLTRE SU HUFFPOST

Le meilleur et le pire du gouvernement Marois