NOUVELLES

Attentat à Beyrouth mercredi: le bilan s'élève à 10 morts

20/02/2014 08:01 EST | Actualisé 22/04/2014 05:12 EDT

Un double attentat suicide mercredi contre le Centre culturel iranien à Beyrouth a coûté la vie à 10 personnes, selon un dernier bilan revu à la hausse fourni jeudi par une source au ministère de la Santé.

Deux kamikazes avaient fait exploser quasi-simultanément leurs voitures piégées près du centre iranien à Bir Hassan, un fief du mouvement chiite Hezbollah, un allié de l'Iran et du régime syrien de Bachar al-Assad.

Le groupe jihadiste sympathisant d'Al-Qaïda, les Brigades Abdallah Azzam, a revendiqué l'attaque en menaçant de continuer de frapper des cibles iraniennes et du Hezbollah jusqu'à ce que ce mouvement cesse de combattre en Syrie au côté du régime et jusqu'à "la libération de (ses) membres des geôles libanaises".

L'Iran est aussi le principal allié du régime Assad dans la région.

"Le bilan du double attentat s'est élevé à 10 morts après que les restes humains de quatre corps eurent été trouvés sur le site de l'explosion et identifiés par des tests d'ADN", a indiqué à l'AFP la source au ministère de la Santé.

Mercredi, ce ministère avait fait état de six morts et 129 blessés.

L'enquête par ailleurs se poursuit pour tenter d'identifier les deux kamikazes, a indiqué une source judiciaire.

Cet attentat est le neuvième dans un fief du Hezbollah depuis juillet après l'annonce par le mouvement chiite qu'il combattait aux côtés des forces gouvernementales contre la rébellion sunnite en Syrie, dévastée par trois ans de guerre.

Le centre culturel est situé dans le même quartier que l'ambassade d'Iran, cible d'un double attentat suicide en novembre 2013 qui avait fait 25 morts et qui avait été revendiqué par le même groupe.

Le Liban est profondément divisé par le conflit en Syrie voisine. D'un côté, les sunnites et une partie des chrétiens appuient la rébellion, de l'autre, les chiites et une autre partie des chrétiens soutiennent M. Assad.

rd-sah/tp/hj

PLUS:hp