NOUVELLES

USA: la Fed continuera à réduire son aide "à pas mesurés" (minutes)

19/02/2014 03:08 EST | Actualisé 21/04/2014 05:12 EDT

Les membres de la Réserve fédérale des Etats-Unis (Fed) tablent sur une poursuite "à pas mesurés" de la réduction de l'aide de la Fed à l'économie américaine, selon le compte-rendu mercredi de la dernière réunion du Comité de politique monétaire (FOMC).

Lors de cette réunion des 28 et 29 janvier, la Fed, évoquant une accélération de la croissance américaine au deuxième semestre 2013, avait réduit pour la deuxième fois ses injections de liquidités dans le système financier, de 10 milliards de dollars, pour les porter à 65 milliards par mois.

"Si l'économie continue de se développer conformément aux prévisions, de nouvelles réductions seront adoptées à pas mesurés", ont estimé les membres du Comité de politique monétaire (FOMC), selon les minutes de la réunion publiées mercredi.

Toutefois, "quelques participants" se sont interrogés "sur l'opportunité de relever les taux d'intérêts relativement tôt", estimant que le taux d'intérêt réel moyen s'était apprécié.

Les participants ont également longuement débattu des chiffres du chômage, notamment ceux de décembre qui avaient témoigné de créations d'emplois médiocres et qu'ils ont jugés décevants, voire une "anomalie".

Ils ont insisté sur la nécessité de prendre en compte d'autres indicateurs du marché de l'emploi que le classique taux de chômage, comme le déclin du taux de participation de la population au marché du travail ou la proportion d'emplois à temps partiels.

Ces réflexions sur l'évaluation du marché du travail se rattachent aussi à la nécessité pour la Fed de bientôt changer son message "d'orientation de politique monétaire" (forward guidance), très surveillé par les marchés. En tombant à 6,6% en janvier, le taux de chômage se rapproche du seuil de 6,5% qu'avait évoqué la Fed il y a plus d'un an comme un seuil préalable à une éventuelle augmentation des taux.

La réflexion n'est pas encore aboutie, certains membres proposant d'adopter un nouveau seuil "quantitatif", d'autres préconisant une approche "qualitative" mettant en avant plusieurs facteurs pour signaler l'imminence d'une future hausse des taux.

Alors que le communiqué du FOMC s'était gardé de commenter les turbulences qui agitaient plusieurs marchés émergents fin janvier, la réunion a plusieurs fois évoqué le sujet.

La Fed a estimé "que les effets de la récente volatilité (sur les monnaies des pays émergents) n'ont pas été suffisamment forts pour perturber les perspectives économiques de ces pays et que la contagion sur les Etats-Unis sera probablement modeste".

Toutefois, les participants étaient d'accord pour affirmer que cette volatilité devait "être surveillée de près, y compris la situation financière du gouvernement de Porto Rico". Ce territoire américain plombé par une dette abyssale, est au bord du défaut de paiement.

vmt/sl/bdx

PLUS:hp