NOUVELLES

Nigeria: une ville attaquée par des islamistes présumés de Boko Haram

19/02/2014 01:46 EST | Actualisé 21/04/2014 05:12 EDT

Une ville du nord-est du Nigeria, Bama, a été attaquée mercredi par des membres présumés du groupe islamiste Boko Haram, a annoncé l'armée fédérale.

Aucun bilan précis des victimes n'était disponible en fin de journée, mais un habitant a fait état de plusieurs morts et blessés et de nombreux bâtiments incendiés par plusieurs centaines d'assaillants.

L'armée a pour sa part affirmé avoir tué de nombreux assaillants au cours de sa riposte, sans donner non plus de bilan détaillé.

"Les assaillants sont arrivés de plusieurs endroits" à Bama mercredi à l'aube. "Nous pensons qu'il y avait des kamikazes parmi eux, ils ont utilisé des bombes et attaqué un de nos tanks", a déclaré le général Chris Olukolade, porte-parole des armées, à l'AFP.

Bama, une ville d'environ 300.000 habitants, est située à une soixantaine de km de Maiduguri, la capitale de l'Etat de Borno et le fief historique de Boko Haram, dont l'insurrection a fait plusieurs milliers de morts depuis 2009.

Selon le général Olukolade, "de nombreux assaillants ont été tués" au cours de la riposte de l'armée. Mais il n'a pu donner le bilan des victimes civiles et militaires.

Les soldats continuaient de "traquer les assaillants en fuite dans Bama" mercredi après-midi, selon le général.

Selon un habitant qui a échappé à l'attaque, "plusieurs centaines" d'assaillants sont entrés dans la ville à bord de camions vers 4 heures du matin (03H00 GMT), et ont "mis le feu partout où ils passaient avec des explosifs".

"Alors que nous nous enfuyions, nous avons vu des morts et des maisons incendiées", ainsi que des blessés, a témoigné cet habitant, sans pouvoir donner de bilan chiffré.

Le palais de l'émir de Bama a été endommagé, selon lui.

Le réseau de téléphonie mobile étant très mauvais dans l'Etat de Borno, il est difficile d'obtenir plus de détails auprès des habitants de Bama.

Le porte-parole de la police pour l'Etat de Borno, Gideon Jibril, a déclaré avoir lui même du mal à obtenir des informations au sujet de l'attaque, en raison des lignes téléphoniques défaillantes dans la région.

Boko Haram revendique la création d'un Etat islamique dans le nord du Nigeria, à majorité musulmane. Le sud du pays est majoritairement chrétien.

Depuis 2009, les violences perpétrées par le groupe extrémiste ont secoué tout le Nord, mais l'insurrection semble maintenant se concentrer dans le nord-est, pourtant sous état d'urgence depuis mai.

Samedi, plus de 100 personnes ont été tuées dans le village d'Izghe, toujours dans l'État de Borno, par des membres présumés de Boko Haram.

En visite à Abuja, la capitale fédérale, pour s'entretenir avec le président nigérian en début de semaine, le gouverneur de l'Etat de Borno, Kashim Shettim, a estimé que l'armée nigériane était dépassée dans sa lutte contre les islamistes de Boko Haram et devait recevoir des renforts en urgence.

ade-bs/cdc/de/jpc

PLUS:hp