NOUVELLES

Malgré des progrès, le Portugal reste soumis aux aléas des marchés (FMI)

19/02/2014 06:14 EST | Actualisé 21/04/2014 05:12 EDT

En dépit des récents progrès, le Portugal reste vulnérable et n'est pas à l'abri de "brusques changements d'humeur" des marchés à son égard, a prévenu mercredi le Fonds monétaire international (FMI).

"En raison de son endettement élevé et ses importants besoins de financement, le Portugal reste vulnérable à de brusques changements d'humeur des marchés, malgré les récents progrès", estime l'institution dans un rapport.

La troïka (UE-FMI-BCE) des créanciers du Portugal retournera à Lisbonne jeudi pour débuter son avant-dernier examen avant la sortie du pays de son programme d'aide internationale, prévue le 17 mai.

"Les taux des obligations de l'Etat portugais ont rapidement baissé ces derniers mois", permettant au pays d'emprunter sur les marchés et d'améliorer ses perspectives de financement à court terme, note le FMI.

Il persiste cependant des "défis à moyen terme", dans la mesure où "les besoins de financement atteindront en moyenne 7% du PIB par an pendant les prochaines années", selon les calculs du FMI.

"De solides performances" en matière d'application du programme de rigueur en cours et "le maintien de la stabilité politique" seront décisifs pour "garantir un accès durable aux marchés" et "couvrir ces besoins de financement", poursuit le FMI.

Dans ce contexte, l'institution rappelle "l'engagement des dirigeants européens à soutenir le Portugal jusqu'à son plein retour sur les marchés", à condition que la mise en oeuvre du programme d'austérité "reste sur les rails".

Le Portugal attendra le mois d'avril avant de prendre une décision sur un éventuel recours à une ligne de crédit de précaution à l'issue de son programme d'assistance, avait indiqué mardi le Premier ministre Pedro Passos Coelho.

Un retour régulier sur les marchés est une des conditions exigées par Bruxelles pour accorder au Portugal le cas échéant une ligne de crédit à laquelle il peut avoir recours en cas de besoin.

Le taux de chômage (15,3% au dernier trimestre 2013) "reste à des niveaux inacceptables", juge par ailleurs le FMI avant d'ajouter que "l'endettement élevé des ménages et des entreprises continuera à freiner la consommation et l'investissement".

Le FMI avait approuvé mercredi dernier le versement de 910 millions d'euros en faveur du Portugal dans le cadre de la dernière mission d'évaluation des comptes du pays.

bh/tsc/ml

PLUS:hp