NOUVELLES

Le projet de Mine Arnaud inacceptable dans sa forme actuelle, selon le rapport du BAPE

19/02/2014 07:50 EST | Actualisé 21/04/2014 05:12 EDT

Le projet de Mine Arnaud d'ouvrir et d'exploiter une mine à ciel ouvert à Sept-Îles est inacceptable dans sa forme actuelle, selon le rapport du Bureau d'audiences publiques sur l'environnement (BAPE).

Dans son rapport rendu public mercredi matin, la commission d'enquête du BAPE estime que l'ensemble du dossier est incomplet et ne « répond pas adéquatement aux enjeux relatifs à la contamination des eaux de surface et des eaux souterraines ainsi qu'aux risques de glissement de terrain et de tassement de sol ». Le BAPE soutient que des évaluations additionnelles sont nécessaires puisqu'elles sont essentielles « pour une juste appréciation des impacts ».

Le rapport note également l'absence d'un « consensus social » et constate une polarisation de la population septilienne. Selon la commission, la « tension palpable entre différents groupes sociaux et la nature des débats aux allures de dialogue de sourds » ont marqué les audiences publiques. 

Amorcés à la fin du mois d'août dernier, les travaux du BAPE se sont échelonnés jusqu'au 20 décembre. Au total, 150 mémoires ont été déposés, provenant de citoyens, de groupes et de plusieurs municipalités interpellés par le projet. 

La prochaine étape

Le mandat du Bureau est d'émettre des recommandations au gouvernement afin de le guider dans sa décision d'approuver ou non le projet.

Le conseiller en communications au BAPE, Luc Nollet, explique que le rapport  tient compte des questionnements des citoyens, mais qu'il ne s'agit que d'une étape dans le processus d'examen du projet fait par le ministre de l'Environnement, Yves-François Blanchet.

« Le ministre, à partir du rapport qu'il a maintenant entre les mains, va devoir analyser le projet, analyser le rapport, se faire une idée et déterminer quelle est la recommandation qu'il transmet au Conseil des ministres. Et c'est le ministre qui tranche. Ensuite, tout dépendant de la recommandation qu'il fera, bien le projet ira de l'avant ou non », précise-t-il. 

Selon la directrice des communications de Mine Arnaud, Kateri Jourdain, le promoteur prend acte des recommandations du BAPE.

« Mine Arnaud n'avait pas nécessairement d'attentes, positives ou négatives, concernant le rapport du BAPE [...] On s'attendait bien sûr que ça reflète l'ensemble des préoccupations qui ont été présentées lors des audiences publiques », explique-t-elle. 

Si elle se réalise, Mine Arnaud deviendra la plus grande mine à ciel ouvert jamais exploitée en milieu habité au Québec.

Un projet controversé

Dès son annonce, le projet de Mine Arnaud a fait l'objet de réactions divisées des milieux politique, économique, et environnemental.

Le nouveau conseil municipal de Sept-Îles a l'intention d'attendre la publication du rapport avant de procéder à la prochaine étape dans le dossier.

Dans son mémoire déposé au BAPE, l'administration sortante disait appuyer le projet, mais exigeait une réduction des nuisances environnementales et un encadrement de qualité pour la santé et la sécurité des employés. De plus, elle suggérait 13 pistes pour améliorer le projet de mine d'apatite.

Récemment, les difficultés économiques de Cliffs ressources naturelles ont entraîné une mobilisation chez les travailleurs et les professionnels pour la réalisation du projet. Pour le syndicat des Métallos et les Métallurgistes unis d'Amérique, entre autres, la diversification économique dans la région s'impose en raison de la volatilité du prix du fer.

Selon les groupes environnementaux, toutefois, le projet présente un trop grand risque pour la qualité de l'environnement et la population. Au cours des audiences publiques, la coalition Québec meilleure mine avait réitéré sa demande au BAPE de rejeter le projet, estimant que la mine est située trop près des résidents et de la baie de Sept-Îles. Plus d'une trentaine de résidences sont situées à moins d'un kilomètre de la future mine à ciel ouvert.

Quant au promoteur, Mine Arnaud a déjà mis en place un Comité consultatif et de suivi, qui aurait pour but de veiller au bon déroulement du projet.

Un projet de 750 millions de dollars

Le coût du projet est évalué à 750 millions de dollars. S'il se réalise, Mine Arnaud a l'intention d'entamer les travaux de construction dès cette année jusqu'en 2015.

Prévue pour 2016, l'exploitation de la mine s'étendrait sur 28 ans.

Le promoteur compte extraire et traiter un peu plus de 11 millions de tonnes d'apatite par année. Il produirait 1,4 million de tonnes de concentré qu'il expédierait ensuite vers la Norvège à partir du port de Sept-Îles.

PLUS:rc