NOUVELLES

JO-2014 - Ligety: sur la piste du géant

19/02/2014 09:13 EST | Actualisé 21/04/2014 05:12 EDT

Dans sa mémoire d'enfant et déjà de casse-cou, Ted Ligety, le +king+ du slalom géant, se souvient avoir toujours aimé les paraboles qu'offre la discipline-école, dont il est devenu à Sotchi le maître inconstesté et l'icône.

A Rosa Khoutor, le Kid de Park City (Utah), 29 ans, a bouclé sa chevauchée entre les portes larges qui lui ont ouvert l'or olympique consacrant une domination de plusieurs années.

En Coupe du monde, le skieur de l'Utah avait décroché sa première victoire à 21 ans et demi, le 5 mars 2006 à Yongpyong, en Corée du Sud, trois semaines après avoir conquis l'or olympique du combiné à Sestriere.

"Yongpyong? L'arrivée la plus serrée de l'histoire du géant, les huit premiers skieurs étant regroupés en 22/10Oe", se rappelle le Liechstenteinois Marco Büchel, désormais consultant pour la chaîne allemande ARD. Depuis deux saisons, c'est avec des secondes que le blond Ligety toise ses adversaires depuis la plus haute marche du podium.

Longtemps, il a pourtant grandi à l'ombre de Bode Miller, dont il se revendiquait le disciple. C'est ainsi qu'il s'était présenté à un journaliste de l'AFP, le 23 octobre 2005, après avoir terminé 8e du slalom géant de Sölden (Autriche), son premier +top 10+ sur le circuit majeur.

-Trois titres à Schladming-

Miller marquait alors de son empreinte le ski US et il était logique que le jeunot, qui venait de débarquer en équipe nationale, s'en inspirât. Beaux à voir évoluer, avec les bras qui équilibrent les corps, et une prise de risques contrôlée, Bode et Ted expriment le +fun+ dans le monde de l'alpin très corseté.

"C'est aussi beaucoup de travail pour arriver à ce point de confiance en son ski, dans toutes les conditions", remarque le New-Yorkais et francophile Sasha Rearick, patron de l'équipe américaine.

L'an dernier, alors que Miller, désormais 36 ans, s'accordait une année sabbatique pour reposer son corps et pacifier son esprit, Ligety s'était définitivement libéré. Trois médailles d'or aux Mondiaux 2013, à Schladming (Autriche), une première dans l'ère moderne du ski alpin, l'avaient fait entrer dans une autre dimension.

Ligety, c'est aussi une affaire de business. Profitant de l'or des Jeux-2006, il avait lancé sa marque, en compagnie de son ami Carlo Salmini. Equipé de la griffe du champion (masque, casque, gants et vêtements de plein air), le skieur lambda peut rêver.

Au printemps 2012, le double champion olympique avait tourné un film en Alaska. Héliporté dans l'immensité blanche, il devient skieur de l'extrême se jouant des obstacles.

"Ce sont mes moments de liberté", dit-il. Car il n'en a pas fini avec les Jeux. Dans quatre ans, il aimerait briller au pays du Matin calme, à Yongpyong (site de montagnge des JO-2018 de Pyeonghang) où tout avait commencé sur la piste du géant.

asc/el

PLUS:hp