NOUVELLES

Bangui: barricades contre la force française près de l'aéroport

19/02/2014 04:05 EST | Actualisé 20/04/2014 05:12 EDT

Des petits groupes de manifestants protestant contre les opérations de la force française Sangaris contre les miliciens anti-balaka ont érigé des barricades dans Bangui sur le principal axe menant à l'aéroport de la capitale centrafricaine, a constaté un journaliste de l'AFP.

Des tirs d'origine indéterminée ont également été entendus pendant uen dizaine de minutes jeudi matin aux abords de l'aéroport, provoquant des mouvements de foule.

A quelques centaines de mètres de l'entrée de l'aéroport, 200 à 300 jeunes hommes dénonçaient avec véhémence l'action des forces française (Sangaris) et africaines (Misca) et la politique des autorités de transition.

De source militaire, les premièrs barricades ont été érigées mercredi soir sur le boulevard menant à l'aéroport où sont basées les forces Sangaris et Misca. Des blindés français les ont enlevées à pluieurs reprises, mais dès leur passage terminé des manifestants les réinstallaient.

Pendant la nuit et en début de matinée, des tirs d'origine indéterminée avaient égalment été entendus dans le quartier de Boy-Rabe, fief des anti-balaka, et vers la sortie nord de la ville.

La milice anti-balaka, composée en majorité de chrétiens, a pris les armes l'été dernier, au départ pour se défendre des exactions des combattants majoritairement musulmans Séléka au pouvoir, notamment dans les provinces centrafricaines.

Mais rapidement les anti-balaka se sont livrés aussi à des représailles contre les civils musulmans, accusés de complicité avec l'ex-rébellion.

La lutte contre les anti-balaka, auxquels la présidente de transition centrafricaine Catherine Samba Panza a promis de "faire la guerre", est devenue l'une des priorités pour les forces internationales.

sj-acp-mc/jlb

PLUS:hp