NOUVELLES

Venezuela: mandat d'arrêt contre un leader de l'opposition après des incidents meurtiers

13/02/2014 08:19 EST | Actualisé 15/04/2014 05:12 EDT

Une juge vénézuélienne a ordonné jeudi l'arrestation d'un des leaders de l'opposition au lendemain d'incidents qui ont fait trois morts en marge d'une manifestation à Caracas, évènements qualifiés par le président Nicolas Maduro de tentative de "coup d'Etat".

A la demande du ministère public, la juge Ralenys Tovar a ordonné aux services de renseignements de procéder à l'arrestation de Leopoldo Lopez, ancien maire d'un des cinq districts de Caracas, et une des principales figures de l'opposition vénézuélienne, a rapporté le quotidien El Universal, qui a publié une photo du mandat d'arrêt sur son portail internet.

M. Lopez, 42 ans, est accusé d'homicide et d'association de malfaiteurs, selon le journal.

Mercredi, des manifestations de milliers d'étudiants et de militants de l'opposition protestant contre la vie chère, l'insécurité et les pénuries ont été organisées dans plusieurs villes du pays, dans la foulée d'un mouvement étudiant entamé il y a 10 jours en province.

La manifestation de Caracas, la plus importante depuis que Nicolas Maduro a succédé en mars à Hugo Chavez (1999-2013), s'est terminée par des incidents qui ont fait au moins trois morts par balles, dans des circonstances encore non clairement établies.

Les autorités ont également fait état de dizaines de blessés et d'environ 80 arrestations à travers le pays.

Nicolas Maduro a donné l'ordre mercredi soir de renforcer la sécurité dans les principales villes du Venezuela. "Il n'y aura pas de coup d'Etat au Venezuela, ayez-en la certitude absolue. La démocratie continuera, la révolution continuera", a affirmé le président vénézuélien lors d'une allocution radio-télévisée.

Leopoldo Lopez, leader de Volonté populaire, une des principales composantes de la coalition de l'opposition, fait partie d'un petit groupe de trois opposants prônant la contestation dans la rue, sous le mot d'ordre "La Sortie". Les deux autres sont le maire de Caracas Antonio Ledezma et la députée Maria Corina Machado.

M. Lopez fait partie des chefs de file de l'opposition depuis plusieurs années. Privé de candidature à la présidentielle de 2005 pour corruption présumée, il avait été autorisé à concourir en 2012 par la Cour interaméricaine des droits de l'homme (CIDH), mais cette décision avait été rejetée par la justice vénézuélienne.

mb/pc/ag

PLUS:hp