NOUVELLES

L'Otan très préoccupée par la libération de 65 talibans présumés

13/02/2014 09:05 EST | Actualisé 15/04/2014 05:12 EDT

Le secrétaire général de l'Otan, Anders Fogh Rasmussen, a exprimé sa forte préoccupation après la libération de 65 talibans présumés par les autorités afghanes, "un grand pas en arrière pour l'état de droit" en Afghanistan.

"Je suis très préoccupé par la décision des autorités afghanes de libérer 65 détenus qui ont été impliqués dans la mort ou les blessures de civils afghans, de membres des forces de sécurité afghanes ou de soldats de l'Isaf", la force internationale, a déclaré M. Rasmussen dans un communiqué.

La libération de ces détenus de la prison controversée de Bagram a déjà été jugée "profondément regrettable" par les Etats-Unis.

Pour M. Rasmussen, "cette décision, qui semble avoir été prise sur la base de calculs politiques et sans égard pour les procédures judiciaires, est un grand pas en arrière pour l'état de droit en Afghanistan, et pose de sérieux problèmes de sécurité".

"J'appelle les autorités afghanes à tout faire pour s'assurer que les détenus libérés ne représentent pas une nouvelle menace pour le peuple afghan et les forces internationales", a ajouté le secrétaire général de l'Alliance atlantique à Bruxelles.

Ce désaccord s'ajoute aux tensions entre le président Hamid Karzaï d'une part et les Etats-Unis et l'Otan de l'autre à propos de l'accord de sécurité bilatéral (BSA) encadrant le maintien d'une force résiduelle américaine en Afghanistan après 2014.

Si Kaboul refuse la présence des troupes, "il sera extrêmement difficile de décider d'un soutien financier aux forces de sécurité afghanes", a récemment averti M. Rasmussen.

Des analystes voient dans la libération des 65 prisonniers un geste d'apaisement du pouvoir afghan envers les talibans dans l'espoir de les convaincre enfin d'accepter des pourparlers de paix pour stabiliser le pays.

jri/aje/mr

PLUS:hp