NOUVELLES

La Fifa compte sur la Coupe du monde pour améliorer la situation des droits de l'Homme au Qatar

13/02/2014 06:45 EST | Actualisé 15/04/2014 05:12 EDT

La Fédération internationale de football (Fifa) ne reviendra pas sur son choix du Qatar comme pays hôte de la Coupe du monde de football en 2022 et espère que cet événement permettra d'améliorer la situation "horrible" des droits de l'Homme dans le richissime émirat.

L'organisation de la Coupe du monde au Qatar représente "un risque et une chance. La Coupe du monde peut permettre d'améliorer la situation des droits de l'Homme", a affirmé jeudi Theo Zwanziger, membre du comité exécutif de la Fifa, au cours d'une audition devant la sous-commission des droits de l'Homme du Parlement européen à Bruxelles.

Certes, la situation des travailleurs migrants employés sur les chantiers liés à la Coupe du monde est "inacceptable" et "horrible", a admis M. Zwanziger mais "retirer la Coupe du monde au Qatar serait tout à fait contre-productif".

Le faire "reviendrait à laisser les choses telles quelles sur place et les violations des droits de l'Homme continueraient, loin des projecteurs", a-t-il argumenté. D'ailleurs, a-t-il ajouté, la Fifa ne peut "juridiquement pas" annuler la Coupe du monde au Qatar.

Il a promis que la Fifa "ne fermera pas les yeux" sur les abus tout en soulignant que l'instance internationale du football "ne peut pas tout faire".

"La Coupe du monde peut apporter des améliorations à long terme", a-t-il insisté.

M. Zwanziger a reconnu que la Fifa n'avait pas pris en compte la situation des droits de l'Homme quand, en 2010, elle avait choisi le Qatar comme pays hôte du Mondial de 2022. "Mais, à l'avenir nous prendrons en compte cette dimension", a-t-il assuré.

Entendus également par le Parlement européen, Gilbert Houngbo, directeur général adjoint de l'Organisation internationale du travail (OIT) et Sharan Burrow, secrétaire générale de la Confédération internationale des syndicats (CIS) ont pour leur part décrit "un système féodal", où les droits des travailleurs sont quasi inexistants.

"Le Qatar est un Etat esclavagiste", a dit Mme Burrow.

- "Travail forcé" -

Et pas seulement pour les ouvriers du bâtiment: le joueur franco-algérien, Zahir Belounis a raconté, les larmes aux yeux, ses "deux ans de calvaire" au Qatar où il fut bloqué, sans possibilité de quitter le pays, à la suite d'un conflit salarial avec son club.

L'ambassadeur du Qatar a décliné l'invitation que lui avait lancé le Parlement européen.

Accusé depuis septembre 2013 de tolérer sur ses chantiers des conditions de travail proches de l'esclavage, l'émirat a publié mardi une charte destinée à améliorer le sort des centaines de milliers de travailleurs asiatiques appelés à bâtir les infrastructures du Mondial 2022.

La charte est censée améliorer les droits des quelque 1,4 millions de travailleurs étrangers employés au Qatar, la plupart originaires d'Inde, du Sri Lanka, du Népal et du Bangladesh.

Mais le texte ne revient pas sur la kafala (parrainage), le système qui enchaîne les ouvriers à leur employeur.

La règle du kafala interdit à tous les employés étrangers, y compris les Occidentaux, de rompre leur contrat sans l'aval d'un tuteur qui est souvent leur patron. Il s'agit de "travail forcé", a fait remarquer James Lynch d'Amnesty International.

Cette charte est "une supercherie", a tranché la CIS.

Une délégation syndicale internationale avait demandé en octobre à l'émirat d'améliorer immédiatement les conditions des migrants employés sur ses chantiers.

Dans un rapport publié en novembre, Amnesty International avait dénoncé "le niveau alarmant d'exploitation dans le secteur de la construction". Le Parlement européen avait adopté une résolution pour exprimer sa "préoccuaption" et l'ONU a aussi appelé récemment l'émirat à améliorer les conditions des travailleurs immigrés, tout en soulignant que des mesures étaient prises en ce sens.

Le quotidien britannique The Guardian avait publié fin septembre une enquête répertoriant 44 morts entre juin et août sur un chantier du pays, ce que les autorités ont démenti.

aje/cb/mr

PLUS:hp