Les deux jeunes suspects de 17 ans qui ont été arrêtés mardi à la suite d'un triple homicide à Trois-Rivières font face à diverses accusations, notamment de meurtre prémédité et de complot pour meurtre à l'endroit des trois victimes - deux soeurs et un ami de coeur de l'une d'elles.

Ils sont aussi accusés d'avoir comploté pour commettre un meurtre envers une autre femme - la mère de deux victimes - et plusieurs policiers.

Les deux mineurs ont comparu devant la Chambre de la jeunesse, à Trois-Rivières, vers midi mercredi. La Couronne demande une peine pour adultes.

Les trois jeunes victimes ont été tuées par balles.

Les deux suspects ont été interceptés alors qu'ils sortaient de la résidence où se trouvaient les victimes sur la rue Sicard, dans le secteur Trois-Rivières Ouest. Les agents avaient reçu un appel du 9-1-1 peu avant 8h. C'est la plus jeune des victimes, tuée en dernier, qui avait contacté le 9-1-1.

Une histoire de coeur à l'origine du drame

L'un des suspects aurait été amoureux de la plus jeune des victimes. Il n'aurait pas accepté que la jeune femme, en couple, refuse ses avances.

De jeunes amis des victimes ont confié que des textos, contenant des propos préoccupants et menaçants, auraient été échangés entre les protagonistes avant les terribles événements.

Une communauté sous le choc

Les étudiants au département d'ergothérapie de l'Université du Québec à Trois-Rivières portent mercredi une casquette orange à l'effigie de leur département pour rendre hommage à l'une des victimes qui étudiait avec eux.

La direction de l'université a également mis en berne son drapeau. Des services d'aide psychologique sont offerts.

Le Collège Marie-de-l'Incarnation, où étudiait l'une des victimes, a pour sa part fait appel mardi à une trentaine d'intervenants pour offrir un soutien psychologique à ses élèves.

Retrouvez les articles du HuffPost sur notre page Facebook.


Comment connecter son compte HuffPost à Facebook pour pouvoir commenter?