NOUVELLES

Soins aux vétérans: Kader Arif veut développer les liens avec les Etats-Unis

12/02/2014 12:58 EST | Actualisé 14/04/2014 05:12 EDT

La France souhaite développer les échanges de bonnes pratiques avec les Etats-Unis dans la prise en charge des anciens combattants, notamment des amputés ou victimes de stress post-traumatique, a affirmé mercredi le ministre français délégué aux Anciens Combattants, Kader Arif.

"Le service de santé des armées a exprimé le souhait de travailler avec les Américains afin d'échanger des informations et de l'expérience. On est assez ouvert là-dessus", a confié le ministre lors d'une visite d'un hôpital dédié aux anciens combattants de la capitale américaine, effectuée en marge de la visite d'Etat de François Hollande.

"Il faut voir comment on peut travailler, progresser ensemble, notamment sur le plan de la recherche", a-t-il expliqué alors qu'il se faisait présenter les dernières innovations en matière de prothèses pour les victimes d'amputation.

Après 13 ans de guerre en Irak et en Afghanistan, l'armée américaine compte plus de 6.000 amputés, parfois multiples. La France déplore pour sa part une soixantaine de victimes d'amputation, essentiellement en Afghanistan, selon l'entourage du ministre.

Une prothèse de jambe en fibres de carbone équipée de micro-processeurs peut coûter jusqu'à 80.000 dollars en fonction de sa technicité, selon Jason Kunec, le responsable du service au VA Medical Center, où une cinquantaine de patients a été équipée l'an passé.

En France, une unité spécialisée dans les prothèses est implantée au sein de l'Institution des Invalides en lien avec l'hôpital militaire Percy.

Un budget d'un million d'euros a été prévu en 2014 "pour répondre à la demande de nos soldats blessé d'être équipés de prothèses de très haute technologie", s'est félicité le ministre français. Ce budget permettra d'appareiller une vingtaine de blessés.

S'agissant des blessures psychologiques et notamment du stress post-traumatique qui peut être à l'origine de dépressions sévères, la France s'est déjà inspirée des Etats-Unis, a-t-il par ailleurs reconnu.

Une ligne téléphonique ouverte 24 heures sur 24 a ainsi été ouverte pour permettre à ces soldats, anciens combattants et leur famille de rapidement joindre un psychologue. Cette ligne a reçu 330 appels en 2013.

mra/rap

PLUS:hp