NOUVELLES

Rencontre au sommet de la gauche en Italie

12/02/2014 07:48 EST | Actualisé 14/04/2014 05:12 EDT

Le chef du gouvernement italien Enrico Letta a reçu mercredi Matteo Renzi, chef du Parti démocrate (PD, gauche), principale formation de la majorité gouvernementale, dans un contexte d'importantes tensions entre les deux hommes.

M. Renzi, 39 ans, le jeune maire de Florence élu à la tête du PD en décembre dernier à la suite de primaires, est soupçonné de vouloir prendre la place de M. Letta à la tête du gouvernement.

Selon les médias, ce que les Italiens appellent le "passage de témoin" -sans élections- serait imminent, même si M. Letta n'a semble-t-il aucune intention de démissionner pour céder la place à son bouillant rival.

"Letta-Renzi, le duel final", titre en première page le quotidien La Stampa, tandis que pour le principal tirage du pays, le Corriere della Sera, "Letta résiste mais le gouvernement Renzi se rapproche".

Depuis son arrivée à la tête de la principale formation de gauche, Matteo Renzi, connu comme un "fonceur" en politique, n'a de cesse de critiquer le gouvernement, lui reprochant lenteur et manque de détermination pour lutter contre le chômage ou les abus de la classe politique.

M. Letta, qui se débat pour sortir le pays de la crise, reproche en revanche à son adversaire de le "trahir", selon les médias. Car un accord tacite entre les deux prévoyait que le chef du PD soutienne loyalement le chef du gouvernement pendant toute l'année 2014 au moins.

"L'impatience de Matteo Renzi de devenir chef du gouvernement me semble désormais évidente", a commenté ironiquement mercredi Paolo Romani, chef des sénateurs de Forza Italie (FI), le parti de Silvio Berlusconi.

Pourtant, l'immense majorité des Italiens, 68% selon un récent sondage et 59% au sein même du PD, sont contraires à ce "relais".

Après une rencontre d'environ une heure au Palais Chigi, siège du gouvernement, M. Renzi est sorti en évitant les journalistes. Une conférence de presse de M. Letta est en revanche prévue dans l'après-midi.

Mais il est possible que le dénouement de leur conflit soit repoussé à la réunion de la direction du PD programmée pour jeudi.

ljm/mle/ros

PLUS:hp