NOUVELLES

RDC: tournée régionale de l'envoyée spéciale de l'ONU pour les Grands Lacs

12/02/2014 06:56 EST | Actualisé 14/04/2014 05:12 EDT

L'envoyée spéciale de l'ONU pour la région des Grands Lacs, Mary Robinson, est arrivée mercredi à Kinshasa, première étape d'une tournée régionale axée sur un retour à la paix dans cette zone de conflits endémiques, a annoncé la Mission de l'ONU en RDC (Monusco).

Du 12 au 19 février, Mary Robinson "se rendra dans plusieurs pays de la région (...) - dont la RDC, l'Angola et le Rwanda -" afin de pousser plus avant la mise en oeuvre de l'accord-cadre de paix d'Addis-Abeba, indique un communiqué de la Monusco.

L'accord-cadre d'Addis-Abeba a été signé par onze pays africains fin février 2013. Il a été paraphé notamment par le Rwanda et l'Ouganda, voisins de la République démocratique du Congo accusés par l'ONU - malgré leurs démentis - d'avoir soutenu la rébellion Mouvement du 23 mars (M23), qui a capitulé le 5 novembre.

Les signataires de l'accord s'engagent à ne pas soutenir les dizaines de groupes armés de l'est de la RDC, région riche en ressources naturelles et en proie à une instabilité chronique depuis deux décennies. De son côté, Kinshasa s'engage à mener des réformes (politique, sécurité...).

"Il y a eu, au niveau de la stabilisation, au niveau du développement, des progrès énormes en 2013 (...) Le défi pour 2014 est maintenant de consolider tout cela, de faire en sorte que les engagements pris soient mis en oeuvre", a insisté mercredi devant la presse le coordinateur principal de l'Union européenne pour les Grands Lacs, Koen Vervaeke.

Après la défaite du M23, Kinshasa et la Monusco avaient indiqué que la prochaine cible était la rébellion hutu rwandaise des Forces démocratiques de libération du Rwanda (FDLR), dont des responsables sont accusés d'avoir participé au génocide des Tutsi en 1994 au Rwanda, et que Kigali considère toujours pour une menace.

Le 16 janvier, l'armée congolaise a lancé l'opération "sokola" (nettoyez, en lingala) qui doit cibler notamment les FDLR et les rebelles ougandais des Alliance des forces démocratiques et de l'Armée nationale pour la libération de l'Ouganda (ADF-Nalu).

Pour l'heure, les efforts se concentrent surtout sur les ADF-Nalu mais la Monusco a promis une offensive imminente contre les FDLR. Ces derniers ont annoncé un dépôt des armes mais n'entendent pas se rendre avant des pourparlers avec le Rwanda, qui s'y refuse.

En RDC, l'ancienne présidente irlandaise et haut commissaire de l'ONU aux droits de l'homme "rencontrera des responsables du gouvernement, les représentants du secteur privé, des partenaires internationaux, des responsables de la communauté des donateurs, ainsi que ceux des organisations de la société civile", ajoute le communiqué de la Monusco.

hab/jlb

PLUS:hp