NOUVELLES

Norvège: pas de référendum sur l'immigration (ministre de la Justice)

12/02/2014 11:16 EST | Actualisé 14/04/2014 05:12 EDT

Le ministre norvégien de la Justice Anders Anundsen a exclu mercredi l'organisation d'un référendum à propos de l'immigration sur le modèle suisse, désavouant ainsi un de ses collègues de la droite populiste favorable à une telle consultation.

"Depuis des années, le parti du Progrès (parti populiste membre de la coalition de droite au pouvoir) estime que davantage d'influence devrait être accordée aux citoyens. Cette proposition ne devrait donc choquer personne", a déclaré M. Anundsen pendant une séance de questions au Parlement.

"Mais, au sein du gouvernement, le parti du Progrès s'en tient à l'accord de coopération (avec les autres partis de droite et de centre droit) et ne projette pas un référendum sur ce sujet", a ajouté le ministre dont les propos étaient reproduits par l'agence de presse NTB.

Mardi, le porte-parole pour les questions d'immigration du même parti du Progrès, une formation qui veut réduire le flux des immigrés, avait appelé de ses voeux à l'organisation d'un référendum comme en Suisse.

"L'idée d'un référendum est intéressante et la Norvège devrait elle aussi organiser un référendum sur l'immigration. Je suis totalement sûr qu'il y a une majorité pour un resserrement" de la politique en la matière, avait déclaré Mazyar Keshvari au journal Verdens Gang (VG).

Non-membre de l'Union européenne, la riche Norvège est liée au bloc européen via son appartenance à l'Espace économique européen et à l'Espace Schengen. Contrairement à la Suisse, les référendums y sont une chose plutôt rare.

Dimanche, une courte majorité de 50,3% de Suisses a voté pour le rétablissement de quotas et de contingents pour les étrangers, les frontaliers et les demandeurs d'asile en fonction des besoins et des possibilités de leur pays, semant le trouble dans les futures relations entre la Suisse et l'UE.

phy/amp/bds

PLUS:hp