NOUVELLES

« Le Beethoven japonais » a menti sur sa surdité et n'a pas composé ses ouvres

12/02/2014 12:28 EST | Actualisé 14/04/2014 05:12 EDT

Le compositeur Mamoru Samuragochi, considéré comme « le Beethoven japonais » a admis qu'il avait menti au sujet de sa surdité. Il a partiellement recouvré son ouïe il y a quelques années.

De plus, la semaine dernière, il a avoué que depuis 18 ans, il n'écrivait pas ses œuvres. C'est un autre compositeur, Takashi Niigaki, qui les a créées, notamment la symphonie Hiroshima, son plus grand succès.

Mamoru Samuragochi a fait croire qu'il était devenu complètement sourd à 35 ans, mais qu'il avait pu continuer à composer de la musique.

Takashi Niigaki, le compositeur fantôme, a décidé de révéler l'imposture quelques jours avant les Jeux olympiques d'hiver de Sotchi. Le patineur japonais Daisuke Takahashi allait participer à la compétition du programme court sur une musique attribuée au « Beethoven japonais ». N'en pouvant plus de travailler dans l'ombre, Takashi Niigaki a préféré parler.

Takashi Niigaki a expliqué que Mamoru Samuragochi avait menacé de se suicider s'il arrêtait de composer pour lui.

Même si cet aveu a fait un grand scandale au Japon et sur les réseaux sociaux, les ventes de la symphonie Hiroshima, qui est devenue l'hymne de la reconstruction du Japon après le tsunami de 2011, ont augmenté.

L'œuvre se classe au premier rang des ventes d'albums de musique classique au Japon avec 2000 exemplaires vendus la semaine dernière. Mais la compagnie de disque de Mamoru Samuragochi a annoncé qu'elle allait retirer l'album des magasins.

Par le biais de son avocat, Mamoru Samuragochi se dit profondément désolé d'avoir menti à tous ses fans.

Avec Le Figaro

PLUS:rc