NOUVELLES

Le 11 novembre à Rethondes, et les autres armistices

12/02/2014 04:21 EST | Actualisé 13/04/2014 05:12 EDT

Les vainqueurs en uniforme, debout, visiblement satisfaits, le Maréchal Foch, commandant en chef allié, au premier plan, appuyé sur une canne et une serviette sous le bras, au pied d'un luxueux wagon-restaurant bizarrement perdu sous des arbres dénudés, au milieu de nulle part: cette photo mondialement connue, prise juste après la signature de l'armistice entre les Alliés et l'Allemagne le 11 novembre 1918 en forêt de Compiègne, illustre depuis un siècle la fin de la Première guerre mondiale.

Mais cet armistice a été précédé par plusieurs autres entre les différents belligérants, et ne sera pas le dernier de la guerre, qui s'est éteinte progressivement à partir de septembre 1918.

Ces armistices aux signataires variés sont autant de capitulations successives des empires centraux, préludant aux différents traités qui mettront officiellement fin à la guerre à partir de 1919.

- ARMISTICE DE SALONIQUE (29 septembre 1918): La Bulgarie signe avec les Alliés, emmenés par le général français Franchet d'Esperey, un armistice à la suite duquel Sofia cesse de se battre et retire ses troupes des territoires serbes et grecs occupés. Cette reddition constitue la première brèche visible dans le front des empires centraux.

- ARMISTICE DE MOUDROS (30 octobre 1918): L'Empire ottoman signe dans le port de Moudros, sur l'île grecque de Lemnos, un armistice avec la Grande-Bretagne représentant les Alliés. La Turquie se retire du conflit, désarme ses forces hors d'Anatolie et autorise les Alliés à occuper les détroits et certaines parties du territoire turc.

- ARMISTICE DE PADOUE (3 novembre 1918): après la bataille décisive de Vittorio Veneto, l'Autriche-Hongrie signe avec l'Italie un armistice à la Villa Giusti, à proximité de Padoue. Vienne se retire du conflit sans concertation avec son allié allemand, qui devra se résoudre à son tour, une semaine plus tard, à accepter une reddition sans conditions.

- ARMISTICE DE RETHONDES (11 novembre 1918): deux jours après l'abdication du Kaiser Guillaume II, l'Allemagne, qui n'a jamais connu la guerre sur son territoire, signe un armistice dans la clairière de Rethondes, en forêt de Compiègne au nord de Paris. L'acte est signé dans le wagon de commandement du chef français des armées alliées, Ferdinand Foch. Le cessez-le-feu, effectif à 11 heures, met fin à 52 mois de guerre sur le front ouest.

- ARMISTICE DE BELGRADE (13 novembre 1918) : les Alliés (Français et Serbes) signent à Belgrade un armistice avec le gouvernement hongrois, qui traduit la désagrégation de l'Empire austro-hongrois. Il fixe notamment la ligne de démarcation entre Hongrois et Roumains en Transylvanie.

frd/lma/phv

PLUS:hp