NOUVELLES

JO-2014 - Descente dames: Gisin et Maze, l'être et le moi

12/02/2014 06:56 EST | Actualisé 14/04/2014 05:12 EDT

Le chronomètre, dans le même centième de seconde, a réuni sur la plus haute marche du podium olympique de descente la Slovène Tina Maze et la Suissesse Dominique Gisin, que tout semble opposer, des palmarès aux personnalités.

L'être et le moi, a chuchoté un connaisseur du circuit en constatant l'égalité.

L'être, c'est bien sûr Gisin, née dans le centre de la Suisse, à Engelberg. Une jeune femme de 28 ans qui possède son brevet de pilote civil et, s'il n'y avait pas eu le ski de compétition et une obstination à rechausser les skis malgré neuf opérations aux genoux, se serait peut-être engagée dans l'armée de l'air.

Visage d'ange et de démon, Tina, enfant terrible de 30 ans, et super-star dans son pays, chanteuse rock à ses heures, a aussi ses humeurs.

D'ailleurs son compagnon et manager Andrea Massi n'hésite pas à la remettre brutalement en place aux entraînements, en bas des pentes. De véritables scènes de ménage.

- Prima donna -

La prima donna a eu la peau de son dernier entraîneur, Walter Ronconi, qui, au sein d'une cellule privée très italianisante, avait remplacé au printemps 2013 le coach à succès Livio Magoni.

C'est le Suisse Mauro Pini qui a été appelé à sa cour il y a quelques semaines pour relancer Maze. C'est que la Belle n'avançait plus, bien loin d'une fantastique saison 2012-2013 de Coupe du monde (24 podiums, dont 11 victoires) qui l'avait vu atteindre un sommet de 2414 points au général.

Pini est aussi le dénominateur commun aux trois filles du podium. Il avait dirigé à ses débuts la médaillée de bronze, Lara Gut, au sein de la structure familiale créée par Pauli Gut pour sa fille prodige. Puis il avait eu en charge Gisin au sein de l'équipe nationale.

Très tôt, Tina avait eu un pressentiment sur son destin quand, enfant, elle avait remporté sa première course locale, une descente. "Si je suis capable de battre des adversaires qui me dépassent d'une bonne tête, alors c'est que je suis capable d'être un jour championne olympique", avait-elle pensé. Comme un ex-voto.

Au chapitre des honneurs, il n'y a pas photo. Aux trois victoires en Coupe du monde de Gisin, toutes en vitesse, la Slovène répond par une incroyable palette de polyvalence. La saison dernière, elle était entrée dans le cercle huppée des skieuses -six pour le moment- à avoir gagné dans les cinq disciplines du ski alpin en Coupe du monde.

Maze et Gisin partagent l'ADN des centièmes, ceux qui décident de la victoire. "Des fois, on est du bon côté. Parfois du mauvais. Il faut aussi de la chance", a rappelé la brune et souriante Dominique.

Ex aequo, elles connaissent. Gisin le fut avec la Suédoise Anja Paerson, le 18 janvier 2009 au bas de la descente d'Altenmarkt-Zauchensee (Autriche), pour son 1er succès sur le circuit majeur.

Maze avait fait plus fort encore, le 26 octobre 2002 lors du géant d'ouverture de Sölden, toujours en Autriche. Pour sa 1re victoire, à 19 ans, la Slovène avait partagé la plus haute marche du podium avec l'Autrichienne Nicole Hosp et la Norvégienne Andrine Flemmen.

asc/ep

PLUS:hp