NOUVELLES

Centrafrique : Amnistie internationale évoque un « nettoyage ethnique »

12/02/2014 10:13 EST | Actualisé 14/04/2014 05:12 EDT

L'exode de dizaines de milliers de musulmans qui choisissent de fuir la République centrafricaine est comparable à un « nettoyage ethnique », a affirmé mercredi Amnistie Internationale avant de prévenir que les affrontements sectaires qui se poursuivent malgré la présence de soldats étrangers représentent une tragédie aux proportions historiques.

Le rapport présenté mercredi survient au moment où le secrétaire général des Nations unies, Ban Ki-moon, s'inquiète de voir le pays être ultimement divisé entre un nord musulman et un sud chrétien, puisque la brutalité sectaire est en train de modifier la géographie du pays.

Plus de 1000 personnes ont été tuées depuis que la violence a fait éruption en décembre. Près d'un million des 4,6 millions d'habitants du pays ont fui leurs résidences.

La minorité musulmane, qui représente environ 15 % de la population, est de plus en plus ciblée non seulement par les milices chrétiennes, mais aussi par des foules en colère qui commettent des meurtres pratiquement chaque jour depuis quelques semaines. Les victimes musulmanes sont fréquemment mutilées et parfois traînées dans les rues et brûlées.

Amnistie Internationale estime que l'utilisation du terme 'nettoyage ethnique' est appropriée, compte tenu du niveau de violence et des déplacements forcés de population qui se produisent.

L'organisation new-yorkaise de défense des droits de la personne Human Rights Watch y est allée d'un avertissement similaire mercredi, quand elle a révélé qu'on ne retrouve plus dans la ville de Yaloke qu'une seule mosquée et 500 musulmans protégés par des soldats français, comparativement à huit mosquées et 30 000 musulmans auparavant.

PLUS:rc