NOUVELLES

Un présentateur de Sun News Network s'excuse d'avoir tenu des propos ayant choqué des francophones

11/02/2014 10:15 EST | Actualisé 13/04/2014 05:12 EDT

Un texte de Bahador Zabihiyan

Un présentateur du réseau d'information Sun News Network s'est excusé de s'être moqué du fait que des journalistes de CBC prononçaient le nom des athlètes québécois à la française, au lieu d'utiliser la prononciation anglophone.

Un texte de Bahador Zabihiyan Twitter Courriel

Lors de son émission sur Sun News Network lundi, Brian Lilley a discuté du fait que des journalistes du réseau anglais de Radio-Canada prononçaient le nom des athlètes francophones à la française. Il estimait que les patronymes de plusieurs de ces derniers, tels que « Hamelin, Bilodeau et Dufour-Lapointe », possédaient déjà une prononciation à l'anglaise bien établie.

« Les communicateurs de ce pays pensent qu'ils doivent devenir carrément 'autochtone' et parler une langue étrangère parce qu'ils prononcent le nom de quelqu'un », avait-il dit lundi, après avoir montré un extrait d'un bulletin de nouvelles de CBC.

M. Lilley a présenté ses plus plates excuses auprès de ses téléspectateurs, mardi après-midi. Il a fait de même sur Twitter, en français. « Je voudrais m'excuser auprès des gens qui ont regardé ça », a-t-il expliqué en ondes. « Un bon paquet de gens se sont sentis insultés », a dit l'animateur. Il a expliqué qu'il n'était pas francophobe, précisant qu'il avait déjà habité à Montréal et qu'il était même marié à une personne d'origine québécoise.

Il a dit avoir reçu de très nombreux messages le critiquant sur les réseaux sociaux. « Vous êtes l'archétype de l'arrogant Canadien qui parle anglais. Merci de me donner encore plus de raisons de voter pour le PQ et de souhaiter l'indépendance », disait un de ces messages, qu'il a lu en ondes.

M. Lilley a aussi dit avoir reçu des propos menaçants. « On ne devrait pas diviser les Canadiens en fonction de la langue », a-t-il rajouté, en s'excusant de nouveau. Son émission, qui a fait le tour des réseaux sociaux, aura néanmoins mis d'accord de nombreux commentateurs anglophones et francophones aux opinions souvent bien différentes.

Des éditorialistes de La Presse, du quotidien montréalais The Gazette ou encore du National Post ont critiqué M. Lilley. Peggy Curran, éditorialiste à The Gazette a décrit M. Lilley comme étant un « redneck », notant au passage que si le segment d'excuses de ce dernier était encore sur le site de Sun News Network, celui dans lequel il critiquait la prononciation des noms francophones avait disparu.

PLUS:rc