NOUVELLES

Ukraine: pas d'assouplissement des conditions de détention de Timochenko

11/02/2014 11:28 EST | Actualisé 13/04/2014 05:12 EDT

La justice ukrainienne a refusé mardi d'assouplir les conditions de détention de l'opposante emprisonnée Ioulia Timochenko à Kharkiv (est) où elle purge une peine de sept ans de prison.

L'assouplissement demandé prévoyait un nombre illimité d'appels téléphoniques, plus de visites ainsi que des permissions occasionnelles dans la journée.

Le tribunal Kominternovski de Kharkiv, où s'est déroulé le procès, a soutenu la décision des autorités pénitentiaires qui avaient rejeté la demande de Mme Timochenko, qui a purgé un tiers de sa peine de sept ans de prison pour abus de pouvoir.

"La requête de la défense (contre cette décision) ne peut pas être satisfaite", a déclaré la juge Antonina Iourieva.

L'avocat de Mme Timochenko, Olexandre Plakhotniouk, a déclaré qu'il allait contester le jugement en soulignant que le tribunal n'a fait que "confirmer les arguments" des autorités pénitentiaires sans prendre en compte les arguments de la défense.

Le procès s'est déroulé dans une salle remplie de journalistes et de militants pro-Timochenko.

"Arrêtez de persécuter Ioulia", pouvait-on lire sur une pancarte tenue par une militante dans les couloirs du tribunal.

Emprisonnée depuis août 2011, Mme Timochenko, qui purge sa peine à Kharkiv (est) et souffre de hernies discales, a été hospitalisée en 2012.

Sa condamnation a été à l'origine d'une grave crise dans les relations entre Kiev et l'Union européenne et sa libération était une condition clé pour la signature d'un accord d'association entre l'UE et l'Ukraine.

Le renoncement des autorités à l'association avec l'UE au profit d'un rapprochement avec la Russie a déclenché fin novembre un mouvement de contestation sans précédent qui a dégénéré en janvier, faisant au moins quatre mort et 500 blessés.

Le centre de Kiev est depuis occupé par des manifestants et entouré de barricades.

Égérie de la Révolution orange pro-occidentale de 2004, Mme Timochenko a été l'adversaire de Viktor Ianoukovitch à la présidentielle de 2010.

L'opposition dénonce son emprisonnement comme une "vengeance politique".

bob-neo/nm/ai

PLUS:hp