NOUVELLES

Le naufragé du Pacifique subira des examens médicaux à Los Angeles

11/02/2014 10:39 EST | Actualisé 13/04/2014 05:12 EDT

Le naufragé salvadorien José Salvador Alvarenga, en route mardi vers son pays natal depuis les îles Marshall, fera escale à Los Angeles pour y subir des examens médicaux et déterminer la suite de son voyage, a indiqué une source gouvernementale au Salvador.

"M. Alvarenga passera un examen médical" vers 16H00 GMT aux Etats-Unis, a déclaré à l'AFP cette source ayant requis l'anonymat.

Les autorités salvadoriennes espèrent avoir le résultat des examens rapidement afin de pouvoir annoncer à la presse si M. Alvarenga, un pêcheur affirmant avoir dérivé plus d'un an dans l'océan Pacifique, pourra poursuivre son vol vers le Salvador.

Il avait quitté lundi les îles Marshall, où il s'est échoué, et fait une première escale à Hawaï, où il a déjà subi des examens.

Si son voyage retour se déroule sans encombres, il est attendu à l'aéroport de San Salvador à partir de 18H00 locales environ (00H00 GMT) mardi soir.

Deux de ses cousines, Maria Elena et Marisol Alvarenga, sont arrivée mardi matin à l'aéroport, où étaient déjà présents une vingtaine de journalistes.

Les parents du naufragés, sa fille de 14 ans et d'autres proches l'attendent pour leur part dans son village natal de Garita Palmera, une petite localité côtière située à 120 km au sud-ouest de la capitale, a constaté un journaliste de l'AFP.

Âgé de 37 ans et souffrant de déshydratation, M. Alvarenga s'est échoué le 30 janvier sur les côtes des îles Marshall après avoir, selon ses dires, dérivé 12.500 km sur une embarcation de pêche.

Il affirme être parti du Mexique en décembre 2012 pour pêcher le requin avec un compagnon d'infortune qui serait décédé.

L'homme raconte avoir survécu en se nourrissant de viande d'oiseau et de poisson cru et en buvant son urine ou du sang de tortue.

José Salvador Alvarenga vivait illégalement au Mexique avant son aventure.

Le récit du pêcheur a suscité des commentaires dubitatifs de spécialistes de la survie en milieu extrême qui jugent improbable - mais pas impossible - de sortir sain et sauf d'un tel périple en mer, sans eau potable ni médicaments.

cmm/mis/jb/hdz/ml

PLUS:hp