DIVERTISSEMENT

«GSP : l'ADN d'un champion»: À l'intérieur de la cage (VIDÉO)

11/02/2014 10:48 EST | Actualisé 11/02/2014 10:48 EST

MONTRÉAL – Il y a deux ans, les réalisateurs Peter Svatek et Kris Manchester ont tous deux grimpé dans la cage avec Georges St-Pierre. Armés d’une caméra plutôt que de gants de quatre onces, ils ont pu s’approcher du réputé combattant fleurdelisé pour réaliser le long métrage GSP: l’ADN d’un champion.

«On voulait montrer au public le vrai GSP, montrer son bagage, son univers. Nous avons donc approché nos caméras le plus près possible pour le voir de l’intérieur», a expliqué Peter Svatek lors d’une entrevue avec le Huffington Post Québec, mardi.

«Nous sommes privilégiés, a-t-il poursuivi. Georges est un être assez spécial. Il pense beaucoup, il est solitaire et fier.»

La tâche n’a toutefois pas été facile pour les deux réalisateurs: n’entre pas qui veut dans la bulle du double champion du monde des poids mi-moyens (170 lb) de l’Ultimate Fighting Championship (UFC).

«Gagner sa confiance a été le plus difficile. Il protège son espace et il a fallu le convaincre que nous voulions montrer du vrai et ne pas faire de sensationnalisme», a concédé Svatek, qui est également le producteur et le scénariste du documentaire, en plus d’être le co-réalisateur.

«Il est méfiant avec les médias et c’est normal. Ça a pris du temps avant qu’il nous laisse s’approcher, mais nous avons pu bien travailler avec tout le contenu qu’il nous a donné», a-t-il poursuivi.

Scènes «vraies»

Dans ce film, qui sera présenté en salles dès le 20 février, nous pouvons voir quelques scènes inédites. C’est rafraîchissant.

On peut voir l’athlète surnommé «Rush» se rappeler douloureusement de l’intimidation dont il était victime à l’école. Ou encore des séquences de Georges en jeune karatéka exécutant un kata.

On peut percevoir son inquiétude avant et après son importante chirurgie au genou, où on lui a greffé des tendons.

On peut l’entendre ricaner au domicile familial, où il taquine sa mère au sujet de sa fixation à faire bien paraître l’état de sa maison devant les caméras. Et s’amuser avec de jeunes karatékas lors d’un passage au Japon.

«Ça faisait contraste avec les images brutales de combat en ground and pound (frappes au sol)», a analysé le co-réalisateur Kris Manchester.

Citations chocs

Quelques déclarations du brillant pugiliste québécois, étoile planétaire et véritable image de marque, sont aussi percutantes que son fameux «Superman Punch».

Voici quelques citations de ce documentaire particulièrement intéressantes:

«Je n’étais pas bon à l’école. Je n’arrivais pas à me concentrer sur ce que le professeur tentait de nous montrer, puisque je pensais constamment à la raclée que j’allais prendre à la fin des cours» -GSP

«Georges regardait un combat de lutte d’Hulk Hogan avec son père, il devait avoir 9 ans. Il s’est levé et a dit: ‘Un jour, où il va y avoir des figures Georges aussi!’ Ça m’avait marquée: il avait dit ça avec tellement d’assurance!» -Pauline St-Pierre, mère de Georges

«Les gens ne savent pas…mais je suis fou!» -GSP

«Il a réussi à transformer son trouble obsessionnel compulsif et son hyperactivité en positif en devenant champion du monde de sa discipline!» -Rodolphe Beaulieu, gérant et ami de GSP

«Il y a des démons dans ma tête, mais je peux tout de même bien vivre en société. Ce n’est pas le cas de tous ceux qui pratiquent mon sport» -GSP

Un retour?

Si on se fie à Peter Svarek, un retour dans l’octogone serait une possibilité bien réaliste pour l’homme âgé de 32 ans, qui a pris une pause indéterminée depuis son gain par décision partagée sur l'Américain Johny Hendricks, le 16 novembre dernier à Las Vegas.

«Avec toute la mauvaise publicité dans les médias des commotions cérébrales, il est possible que Georges demeure à la retraite. Néanmoins…c’est mon opinion personnelle, mais je ne serais surpris qu’il ne relace pas les gants au moins une autre fois, question de finir cette histoire avec Hendricks», a évalué le Montréalais d’origine tchèque, heureux d’avoir pu vivre cette expérience aux côtés d’un gladiateur des temps modernes.

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST QUÉBEC

Georges St-Pierre contre Johny Hendricks

Retrouvez les articles du HuffPost sur notre page Facebook.



Comment connecter son compte HuffPost à Facebook pour pouvoir commenter?