NOUVELLES

Chypre: les dirigeants veulent une solution "aussi vite que possible" (communiqué commun)

11/02/2014 06:38 EST | Actualisé 13/04/2014 05:12 EDT

Les dirigeants chypriote-grec et chypriote-turc ont affirmé mardi leur volonté de parvenir à une solution "aussi vite que possible", lors de la reprise des négociations, suspendues depuis deux ans, en vue d'une réunification de l'île.

"Les dirigeants auront pour objectif de parvenir à une solution aussi vite que possible et d'organiser ensuite des referendums distincts", a annoncé un communiqué commun lu par la responsable des Nations unies à Chypre, Lisa Buttenheim, à l'issue d'une rencontre entre le président de la République de Chypre Nicos Anastasiades (chypriote-grec) et le dirigeant de la République turque de Chypre Nord (RTCN, autoproclamée) Dervis Eorglu dans les locaux de l'ONU à Nicosie.

Les deux dirigeants ont passé environ 1h30 ensemble avant de sortir devant les dizaines de journalistes et caméras qui les attendaient sous un grand soleil dans la zone contrôlée par l'ONU.

La responsable onusienne a annoncé que la prochaine rencontre des négociateurs était prévue "cette semaine".

Elle a lu le communiqué commun résumant le cadre dans lequel les deux dirigeants se sont laborieusement mis d'accord pour négocier une réunification rendue plus nécessaire que jamais par la perspective d'exploitation des richesses gazières de l'île et une récession historique dans la République de Chypre (sud, grecque-chypriote).

Le communiqué commun réaffirme qu'un règlement, s'il est approuvé par referendum, consistera en "une fédération bi-communautaire et bi-zonale", dans laquelle Chypre "sera une entité légale unifiée sur le plan international, avec une souveraineté unique".

La Constitution prévoira "que la fédération unifiée de Chypre soit composée de deux Etats membres de statut égal" et interdira "une union partielle ou totale avec un quelconque autre pays".

Dans le communiqué, les deux dirigeants se sont engagés à prendre des "mesures pour renforcer la confiance" et à créer une "atmosphère positive pour s'assurer que les pourparlers réussissent" alors que les derniers mois ont été marqués par des accusations mutuelles et des mises en cause, en particulier contre le médiateur de l'ONU.

Les deux dirigeants n'ont pas fait de déclaration à l'issue de leur rencontre mais devraient se prononcer séparément plus tard dans la journée.

cnp/feb/fcc

PLUS:hp