NOUVELLES

Cancer du sein d'origine familiale: survie accrue après ablation des deux seins

11/02/2014 06:30 EST | Actualisé 13/04/2014 05:12 EDT

Les femmes touchées par un cancer du sein d'origine familiale ont une meilleure chance de survie si elles subissent une ablation de leurs deux seins et non d'un seul, selon une étude publiée mercredi.

Réalisée par des chercheurs américains et canadiens, l'étude a permis de montrer que sur 100 femmes traitées par une mastectomie bilatérale immédiatement après la détection d'un cancer du sein à un stade précoce, 87 étaient encore en vie 20 ans plus tard alors que le taux s'établissait à 66 chez celles ayant opté pour l'ablation d'un seul sein.

Environ 0,2% des femmes sont porteuses de deux mutations sur les gènes BRCA1 et BRCA2 qui augmentent le risque d'avoir un premier cancer du sein de l'ordre de 60 à 70% et favorisent la survenue d'un second cancer du sein.

Ces mutations conduisent des femmes qui les portent à subir des mastectomies préventives, comme ce fut le cas l'an dernier de l'actrice américaine Angelina Jolie. Cette dernière n'était pas atteinte d'un cancer du sein lorsqu'elle a été opérée.

Pour prévenir un second cancer, près d'une Américaine prédisposée sur deux accepte de subir une mastectomie bilatérale immédiatement après le diagnostic de cancer du sein, mais on ignorait jusqu'à présent quel impact ces ablations pouvaient avoir sur le risque de décès.

"Nous avons conclu qu'il est judicieux de proposer des mastectomies bilatérales comme traitement initial aux femmes ayant un cancer du sein à un stade précoce et qui sont porteuses des mutations BRCA1 et BRCA2" écrivent les chercheurs dans l'étude publiée dans la revue médicale britannique British Medical Journal (BMJ).

L'étude a été réalisée entre 1975 et 2009 sur 390 femmes au total dont 44 ont subi une double mastectomie immédiatement après le diagnostic de leur cancer, tandis que les 346 autres se sont fait retirer un seul sein au départ.

Sur ces dernières, 137 ont dû par la suite subir l'ablation de leur 2e sein.

79 femmes sont mortes au total au cours des 20 années ayant suivi le diagnostic dont 18 dans le 1er groupe et 61 dans le second.

Les chercheurs relèvent que le bénéfice de l'ablation bilatérale était le plus net dans la deuxième décennie, la majorité des décès étant survenus chez des femmes qui avaient développé un 2e cancer du sein.

ez/dab/bw

PLUS:hp