NOUVELLES

Afghanistan : premier cas de polio à Kaboul depuis la chute des talibans (autorités)

11/02/2014 06:11 EST | Actualisé 13/04/2014 05:12 EDT

Les autorités afghanes ont lancé une campagne de vaccination à Kaboul après la découverte d'un premier cas de polio dans la capitale depuis la chute des talibans en 2001, et un policier protégeant des vaccinateurs a été tué au Pakistan voisin, ont indiqué mardi des responsables.

Une gamine de trois ans issue d'une famille de la banlieue de Kaboul, a été diagnostiquée avec la poliomyélite, a indiqué à l'AFP Kaneshka Baktash Turkistani, porte-parole du ministère afghan de la Santé publique.

Elle a été admise dans un hôpital au Pakistan voisin, seul pays avec l'Afghanistan et le Nigeria, où la polio demeure endémique, a précisé ce responsable.

Les cas recensés en sol afghan sont concentrés dans les zones frontalières du Pakistan et non dans la capitale afghane, qui était imperméable depuis treize ans à cette maladie.

"Après la découverte de ce cas, nous avons lancé une campagne de vaccination contre la polio à Kaboul et jusqu'à présent aucun nouveau cas de polio n'a été diagnostiqué", a assuré ce responsable.

Grâce à la vaccination, le nombre de cas de polio a reculé au cours des dernières années en Afghanistan où 14 cas ont été diagnostiqués l'an dernier contre 91 au Pakistan voisin, seul pays où le nombre de personnes infectées a augmenté de 2012 à 2013, selon l'Organisation mondiale de la Santé (OMS).

Au Pakistan, les efforts pour éradiquer la polio buttent parfois aux attaques de factions talibanes et à l'opposition de communautés hostiles à la vaccination, soupçonnée de causer l'infertilité ou de servir de couverture à des activités d'espionnage occidental.

Un policier accompagnant une équipe de vaccinateurs a été tué par balle et autre blessé mardi dans le village pakistanais de Prowa, à une trentaine de kilomètres de Dera Ismaïl Khan, ville située à la lisière des fiefs talibans des zones tribales, a indiqué la police locale.

"Lorsque l'équipe de vaccinateurs est arrivée au village, des membres d'une tribu échangeaient des coups de feu. Lorsqu'ils ont vu les policiers, ils ont pensé que ces derniers venaient les arrêter, ils ont alors ouvert le feu sur eux. Ce n'était pas une attaque (directe) anti-polio", a dit à l'AFP Nisar Marwat, un haut responsable de la police locale.

Plus d'une trentaine de personnes, vaccinateurs ou membres des forces de sécurité les accompagnant, ont été tuées depuis un an et demi au Pakistan, principalement à Karachi (sud) et dans le nord-ouest du pays dont la principale ville, Peshawar, est actuellement considérée comme le "plus important réservoir" de polio au monde.

sak-mmg-gl/abk

PLUS:hp