NOUVELLES

Une année 2014 difficile sur le plan judiciaire attend Berlusconi

10/02/2014 10:00 EST | Actualisé 12/04/2014 05:12 EDT

Entre l'ouverture d'une nouvelle enquête à son encontre et un nouveau procès, un autre en appel et un troisième en Cassation, l'ex-chef du gouvernement italien Silvio Berlusconi aura une année 2014 difficile sur le plan judiciaire.

- Corruption de sénateur:

Le procès s'ouvre mardi devant le tribunal de Naples (sud) et les premières audiences seront techniques. Le Cavaliere est accusé d'avoir "acheté" en 2006 un sénateur de gauche pour qu'il passe dans son camp et facilite la chute du gouvernement de Romano Prodi.

Selon le parquet, le Cavaliere, 77 ans, a versé trois millions d'euros, dont deux en espèces, à Sergio De Gregorio pour le débaucher, et ce dernier l'a reconnu devant des magistrats.

- Affaire Mediaset:

Il s'agit de la première condamnation définitive pour Silvio Berlusconi qui s'est vu infliger quatre ans de prison, ramenés à un en raison d'une amnistie, pour une affaire de fraude fiscale. Cette condamnation lui a valu l'expulsion en novembre du Sénat.

Dans cette affaire, une Cour d'appel l'a condamné également à une interdiction d'exercer tout mandat public pendant deux ans et le Cavaliere a déposé un recours contre ce verdict que la Cour de cassation examinera le 18 mars.

Compte tenu de son âge, Silvio Berlusconi n'ira pas en prison pour purger sa peine d'un an et il a demandé à faire des travaux d'intérêt général. Un tribunal de Milan (nord) examinera ce volet de l'affaire à partir du 10 avril.

Le Cavaliere a en outre annoncé son intention de demander une révision de ce procès et a déposé un recours devant la Cour européenne des droits de l'homme, où le dossier est arrivé il y a une dizaine de jours.

- Rubygate:

En juin, Silvio Berlusconi a été condamné à sept ans de prison pour abus de pouvoir et prostitution de mineure dans le cadre de l'affaire Ruby, du nom de la jeune Marocaine à l'origine de ce procès. Il s'est également vu infliger une interdiction à vie d'exercer un mandat public.

Le Cavaliere a déposé un recours et le procès en appel débutera ce printemps mais la date n'a pas été encore fixée.

- Ruby bis et Ruby ter:

Dans l'affaire Ruby bis, directement liée au Rubygate, trois proches de Silvio Berlusconi ont été condamnés pour lui avoir fourni des prostituées, dont Ruby. Dans ses attendus, le tribunal a estimé que le Cavaliere et ses avocats avaient "acheté des témoins".

Le procès Ruby bis a donc donné naissance il y a près de trois semaines à une nouvelle enquête, appelée Ruby ter par la presse, dans laquelle Silvio Berlusconi et ses avocats sont soupçonnés de corruption de témoins. Une éventuelle décision de renvoi en justice pour le Cavaliere dans cette affaire n'est pas attendue dans de brefs délais.

- Les prostituées de Bari:

Silvio Berlusconi risque un renvoi en justice dans le cadre d'une enquête sur le recrutement de prostituées dans la région de Bari (Pouilles, extrême-sud de l'Italie). Cette fois-ci, il est soupçonné d'incitation à des déclarations mensongères devant les autorités judiciaires.

Selon l'accusation, il aurait payé pendant deux ans un entrepreneur de la région, Gianpaolo Tarantini, qui lui fournissait les jeunes femmes, en échange de son silence.

- Procédure de séparation d'avec son ex-épouse, Veronica Lario:

La décision sur le divorce devrait intervenir autour de l'été et un tribunal a récemment réduit à 1,4 millions d'euros mensuels les versements fixés auparavant à trois millions d'euros par mois.

- Unipol (violation du secret d'instruction)

Silvio Berlusconi a été condamné à un an de prison pour la publication illégale en 2005 dans un journal de son groupe d'une écoute téléphonique entre le chef de la gauche à l'époque et le président de l'assureur Unipol. Le procès en appel débutera le 31 mars mais le tribunal prononcera immédiatement la prescription, qui est intervenue il y a plusieurs mois.

ljm/fka/glr

PLUS:hp