NOUVELLES

Népal: élection d'un nouveau Premier ministre, promet une constitution d'ici un an

10/02/2014 05:41 EST | Actualisé 12/04/2014 05:12 EDT

Le parlement népalais a élu lundi un nouveau Premier ministre, Sushil Koirala, qui a promis d'oeuvrer à la mise en place d'une nouvelle constitution d'ici un an afin de sortir le pays de l'impasse politique.

M. Koirala, 75 ans, est le président du plus important et plus ancien parti du Népal, le Népali Congress (NC), et a obtenu l'immense majorité des votes de l'assemblée constituante élue en novembre lors des deuxièmes élections nationales tenues depuis la fin de la guerre civile en 2006.

"Le nouveau gouvernement va apporter son aide pour que soit élaborée une constitution d'ici un an", a dit le nouveau Premier ministre à l'assemblée constituante, promettant "unité et réconciliation" pour le Népal.

"Nous espérons aussi le soutien de nos voisins, l'Inde et la Chine, ainsi que d'autres amis", a-t-il ajouté.

M. Koirala a obtenu 405 des 533 votes exprimés, ayant obtenu l'appui du parti Marxiste Léniniste Unifié (centre gauche).

Le nouveau Premier ministre, qui porte traditionnellement un chapeau noir et des lunettes à épaisse monture, est le quatrième membre d'une grande famille népalaise à devenir chef de l'exécutif du pays. Il devrait être intronisé mercredi.

Il a été emprisonné pendant trois ans en Inde dans le cadre d'une affaire de prise d'otages d'un avion sur le territoire indien en 1973.

"Le gouvernement sous ma conduite va promouvoir l'investissement national et étranger. Nous allons créer des opportunités pour mettre fin à la pauvreté et au chômage dans notre pays", a dit M. Koirala lors de son discours aux constituants avant le vote.

Les leaders des différents partis ont également promis d'aboutir à une constitution d'ici un an mais les observateurs jugent la tâche difficile.

"Koirala doit répondre aux préoccupations de plus d'une vingtaine de parties au sein du parlement", a relevé Geja Sharma Wagle, un commentateur politique, auprès de l'AFP, précisant que le nouveau Premier ministre devrait aussi faire face à une opposition au sein de son parti.

"La population a de fortes attentes", a-t-il ajouté.

Dans le cadre de son accord samedi avec l'UML, le Nepali Congress a accepté d'organiser de nouvelles élections une fois mise au point la constitution.

Depuis les premières élections en 2008, cinq premiers ministres se sont succédé au Népal et la première assemblée constituante s'était avérée incapable de rédiger une constitution et de mettre fin à des années d'instabilité.

Cette première assemblée, dominée alors par les ex-rebelles de la guérilla maoïste, avait finalement été dissoute en mai 2012, conduisant à de nouvelles élections en novembre.

Le Népal a été en proie à une guerre civile de 1996 à 2006 opposant les rebelles maoïstes au régime alors en place, une monarchie qui a dirigé le pays pendant 240 ans.

Cette guerre, qui a fait environ 16.000 morts, s'est achevée en 2006 par des accords de paix qui ont également mis fin à la royauté.

Près d'un quart de la population népalaise survit avec moins de 1,25 dollar par jour, selon la Banque mondiale.

dee-ef/ml/ros

PLUS:hp