NOUVELLES

L'Iran affirme avoir testé deux nouveaux missiles

10/02/2014 11:52 EST | Actualisé 12/04/2014 05:12 EDT

Le ministre iranien de la Défense a annoncé que l'Iran avait "testé avec succès" deux nouveaux missiles, à la veille du 35ème anniversaire de la victoire de la révolution islamique, a rapporté l'agence de presse officielle Irna.

"La nouvelle génération d'un missile balistique doté d'une tête à fragmentation et le missile Bina sol-sol et air-sol à guidage laser ont été testés avec succès", a affirmé le ministre Hossein Dehgan.

"La nouvelle génération de ce missile balistique est capable d'échapper aux systèmes anti-missiles et de viser plusieurs cibles différentes avec une très grande capacité de destruction", a déclaré le général Dehgan, sans toutefois préciser sa portée.

"Le missile Bina à guidage laser peut être tiré d'un avion ou d'une rampe de lancement pour frapper des ponts, des chars, des équipements militaires et des centres de commandement avec une très grande précision", a-t-il ajouté.

Le président iranien Hassan Rohani a félicité la peuple iranien et le guide suprême l'ayatollah Ali Khamenei pour le "test avec succès" de la nouvelle génération de missile balistique.

L'Iran a développé ces dernières années un programme balistique très important, notamment des missiles d'une portée de 2.000 kilomètres capables d'atteindre Israël, qui inquiètent également les pays occidentaux.

De nombreux autres missiles ont également été développés pouvant atteindre les navires de guerre américains dans le Golfe ou les bases américaines dans la région.

Le Conseil de sécurité des Nations unies a adopté plusieurs résolutions pour condamner le programme balistique de l'Iran alors que les Etats-Unis et l'Union européenne ont adopté des sanctions contre les personnes et les sociétés iraniennes engagées dans le développement de ce programme.

Et la sous-secrétaire d'Etat Wendy Sherman a récemment déclaré que la question du programme balistique de l'Iran devait être abordée par le groupe 5+1 (Etat-Unis, Russie, Chine, France, Royaume-Unis et Allemagne) lors des nouvelles négociations qui doivent s'engager le 18 février à Vienne en vue d'un accord global et définitif sur le dossier nucléaire iranien.

Mais le vice-ministre iranien des Affaires étrangères, Abbas Araghchi, vient d'affirmer que "les questions touchant la défense de l'Iran ne sont pas négociables".

"Tout comme lors des précédentes négociations nous n'avons pas permis que d'autres questions soient abordées, nous ne le permettrons pas non plus dans les négociations à venir car les questions de défense constituent notre ligne rouge", a-t-il ajouté.

sgh/feb

PLUS:hp