NOUVELLES

Le vote suisse accueilli avec flegme par les marchés financiers

10/02/2014 05:05 EST | Actualisé 11/04/2014 05:12 EDT

Le rejet par les Suisses de la libre-circulation européenne avait peu de conséquence sur les marchés financiers lundi matin, la devise helvétique étant globalement stable et la Bourse de Zurich enregistrant même une légère hausse.

Vers 10H40 (09H40 GMT), la devise helvétique s'établissait à 1,2226 franc suisse pour un euro (contre 1,2239 vendredi soir) et à 0,8966 franc suisse pour un dollar (contre 0,8977).

Le taux d'emprunt à 10 ans de la Suisse, pays peu endetté, se tendait quant à lui très légèrement à 1,026% (contre 1,012% vendredi à la clôture) sur le marché secondaire où s'échange la dette déjà émise.

De son côté, l'indice vedette de la Bourse de Zurich prenait 0,27%.

Les électeurs suisses ont dit oui dimanche, à une courte majorité de 50,3%, à une limitation de l'immigration, qui passera par l'introduction de quotas pour les personnes étrangères.

"Il y a peu de raisons que cette nouvelle ait un impact important sur les marchés à court terme", estime René Defossez, stratégiste chez Natixis, ajoutant que le pays "nous habitue régulièrement à ce genre de situation".

Selon lui, si les conséquences sont limitées pour l'heure puisque la décision ne concerne pas la circulation des biens et des capitaux, elles pourraient se matérialiser à plus long terme en cas de mesures prises en réaction à ce vote par l'Europe.

La Commission européenne a rapidement "regretté" la décision des Suisses et a prévenu qu'elle "examinera les implications de cette initiative sur l'ensemble des relations entre l'UE et la Suisse".

"S'il y a des mesures de rétorsion comme une réduction de la circulation des biens et des capitaux, mécaniquement cela aura des conséquences négatives à plus long terme sur la croissance et les marchés", selon M. Defossez.

Cela aura d'autant plus d'impact que "l'Europe reste le principal partenaire de la Suisse", rappelle le stratégiste.

jbo/fga/ml

PLUS:hp