NOUVELLES

Le ministre des Finances planche sur un budget sans en connaître la date de dépôt

10/02/2014 10:11 EST | Actualisé 12/04/2014 05:12 EDT

Nicolas Marceau, le ministre des Finances et de l'Économie du Québec, planche sur un budget « depuis plusieurs semaines », mais il ne sait pas encore quand celui-ci sera déposé. La décision appartient à la première ministre, a expliqué M. Marceau, en entrevue à l'émission 24/60.

« Je prépare un budget, c'est certain, (...) Il va être déposé au moment opportun, il y a du travail à faire », dit M. Marceau. Ce dernier a consulté des syndicats, mais aussi des responsables du patronat dans l'optique du dépôt d'un budget.à

Pauline Marois n'a toujours pas indiqué si elle souhaitait déclencher des élections avant ou après le dépôt d'un budget, alors que les rumeurs pour le déclenchement d'élections printanières sont persistantes.

Au caucus du Parti québécois (PQ) qui s'est tenu la semaine dernière, certains parlaient d'un budget qui serait déposé en mars, avant le déclenchement d'élections. Le PQ ferait alors de la question budgétaire un enjeu électoral. M. Marceau n'a pas voulu donner de détails à ce sujet.

Il a toutefois indiqué que le budget sur lequel il planche ira dans le sens de la mise à jour économique effectuée par son gouvernement en novembre dernier. On y apprenait que le déficit de la province atteignait 2,5 milliards de dollars. « Je vous dis dès aujourd'hui que dans le prochain budget, ce que vous verrez c'est que l'état des finances publiques correspond essentiellement ce que l'on a présenté lors de la mise à jour de novembre dernier », a dit M. Marceau.

Marceau d'accord avec Parizeau

M. Marceau a aussi réagi aux déclarations de l'ancien premier ministre Jacques Parizeau, publiées lundi dans le Journal de Montréal.

M. Parizeau « nous dit essentiellement qu'il faut que les entreprises du Québec se modernisent, il faut qu'elles s'automatisent, il faut qu'elles deviennent plus productives (...) D'ailleurs, le gouvernement auquel j'appartiens a déposé en octobre dernier une politique économique qui vise précisément à relever ce défi de la productivité, de l'automatisation et de la modernisation des entreprises », dit le ministre des Finances.

PLUS:rc