NOUVELLES

JO-2014 - Biathlon/Poursuite dames: Kuzmina peut rêver du doublé

10/02/2014 07:02 EST | Actualisé 12/04/2014 05:12 EDT

La Slovaque Kuzmina, large vainqueur du sprint du biathlon des JO de Sotchi dimanche, possède une formidable opportunité de doubler la mise mardi en poursuite (10 km), où les concurrentes s'élanceront les unes après les autres selon les écarts creusés en sprint.

Anastasiya Kuzmina, de passeport slovaque mais Russe de coeur comme elle se définit elle-même, est devenue dimanche la première femme à conserver un titre olympique en biathlon, celui du sprint.

Elle partira avec une belle marge sur ses adversaires (20 secondes sur la Russe Olga Vilukhina, 22 secondes sur l'Ukrainienne Vita Semerenko).

L'épreuve de la poursuite verra les concurrentes effectuer quatre séances de cinq tirs (deux couché puis deux debout), au milieu de 10 km de ski de fond.

A chaque erreur, les biathlètes auront un tour de 150 m de pénalité à effectuer, soit environ 25 secondes de perdues.

Ce qui signifie que Kuzmina partira déjà avec quasiment un joker au tir de plus par rapport à ses concurrentes, dans la seule épreuve des JO où toutes les concurrentes n'ont donc pas les mêmes chances de victoire sur la ligne de départ.

L'histoire serait assurément belle pour la biathlète, née en Russie, et qui a porté jusqu'en 2008 les couleurs de ce pays.

C'est par amour, et parce que les autorités sportives russes n'ont pas voulu faire de concession à leurs principes (présence des enfants d'athlètes non autorisée lors des stages), que Kuzmina a épousé la nationalité du pays où elle vivait, la Slovaquie, avec son mari le fondeur israélien Daniel Kuzmin et leur petit garçon.

Aux JO-2010, Kuzmina s'était déjà retrouvée en position de réaliser le doublé sprint-poursuite.

Mais elle avait remporté le sprint avec deux petites secondes d'avance seulement sur l'Allemande Magdalena Neuner, une marge insuffisante pour empêcher cette dernière de prendre sa revanche en poursuite.

Cette fois-ci, avec une avance bien plus confortable, elle possède donc les cartes en mains.

Attention tout de même à la Bélarusse Darya Domracheva (9e à 32 sec) et la Norvégienne Tora Berger (10e à 34 sec). Deux favorites frustrées par leur sprint qui seront encore plus motivées pour remonter le temps.

fbr/pga/jr

PLUS:hp