NOUVELLES

GB: trois ans de prison pour un homme ayant menacé de tuer le prince Harry

10/02/2014 12:38 EST | Actualisé 12/04/2014 05:12 EDT

Un Britannique qui était entré dans un commissariat de police en menaçant de tuer le prince Harry en mai dernier, en raison de son rôle dans l'armée, a été condamné lundi à trois ans de prison par un tribunal londonien.

Ashraf Islam, né Mark David Townley, un homme de 31 ans originaire de Belfast et converti à l'islam, avait été arrêté et incarcéré juste après avoir proféré ces menaces le 23 mai 2013.

Il était arrivé à Londres plus tôt ce jour-là en provenance de Thaïlande, via Hong Kong, selon la police.

Après s'être enregistré dans un hôtel de Hounslow (ouest de Londres), il s'était rendu au commissariat local où il avait indiqué à un policier qu'il avait l'intention de tuer le prince Harry le lendemain.

Le juge de la cour d'Isleworth à Londres qui l'a condamné lundi a indiqué que la menace proférée par le suspect n'était pas "un fait isolé" et que l'examen de son ordinateur avait révélé qu'il faisait des recherches sur le prince Harry.

"Vous pensiez que lui et les autres membres des forces armées étaient moralement coupables, et que vous aviez un droit moral à juger", a déclaré le juge Richard McGregor-Johnson à l'accusé.

Tout en reconnaissant que son projet était "vague et avait peu de chances de réussir", le magistrat a estimé que l'homme représentait un risque pour la société.

L'avocate d'Ashraf Islam, Roxanne Morrell, a quant à elle fait valoir que son client avait des problèmes mentaux.

La police antiterroriste avait fouillé sa chambre d'hôtel, saisi son ordinateur portable mais aucune arme n'avait été trouvée.

L'homme avait reconnu avoir proféré des menaces identiques contre le prince au cours d'une précédente comparution devant la justice en mai.

Le prince Harry, 29 ans, quatrième dans l'ordre de succession au trône d'Angleterre, a été commandant d'hélicoptère de combat Apache et a effectué deux missions en Afghanistan. Il a fait savoir en janvier qu'il allait désormais occuper un poste au sein de l'état-major de l'armée à Londres.

alm/dh/bds

PLUS:hp