NOUVELLES

Conflit syrien : reprise des négociations à Genève

10/02/2014 08:46 EST | Actualisé 12/04/2014 05:12 EDT

Les négociations visant à faire cesser les violences en Syrie ont repris lundi à Genève, alors que le médiateur de l'ONU, Lakhdar Brahimi, a reçu séparément les représentants de l'opposition et du gouvernement.

L'objectif de M. Brahimi est que tous se retrouvent à la même table, pour cette deuxième phase de Genève 2, qui devrait en principe durer une semaine. L'atmosphère est toutefois à la défiance, les deux parties s'accusant de violations mutuelles du cessez-le-feu qui avait été négocié pour Homs au cours de la fin de semaine.

Le médiateur demande aux deux camps de s'engager à aborder les deux points importants de la négociation : la cessation des combats et la mise en place d'un gouvernement de transition. M. Brahimi compte aussi aborder deux autres questions : la continuité des institutions de l'État syrien et la façon de gérer le processus de dialogue national et de réconciliation qui découlera de tout accord éventuel.

Des négociations laborieuses

La semaine dernière, au terme de la première étape des négociations, Lakhdar Brahimi avait admis que les résultats étaient modestes, affirmant que du moins, les deux parties s'étaient parlé pour la première fois en trois ans de conflit, par son intermédiaire, et avaient accepté de continuer à le faire.

L'ONU, qui voulait obtenir un accord entre opposition et gouvernement pour venir en aide à la population de la ville de Homs, assiégée depuis 2012, est par ailleurs arrivée à ses fins, en dehors cependant du cadre de Genève 2. Un accord de cessez-le-feu a été conclu jeudi dernier entre les autorités syriennes et les Nations unies pour permettre l'évacuation de civils.

Plus de 600 civils ont été évacués par l'ONU au cours de la fin de semaine et l'aide humanitaire fournie par le Croissant-Rouge syrien a pu être partiellement distribuée à la population civile dans le centre de la ville en dépit de tirs. Le cessez-le-feu, qui devait durer trois jours, a en effet été violé samedi suite à des tirs contre un convoi humanitaire.

Un nouveau groupe de 300 civils a été évacué lundi de la vieille ville de Homs par l'ONU, selon le Croissant rouge syrien.

PLUS:rc