NOUVELLES

JO-2014 - Descente/Mayer: "J'ai compris tout de suite que cette piste m'allait bien"

09/02/2014 06:40 EST | Actualisé 11/04/2014 05:12 EDT

L'Autrichien Matthias Mayer, qui ne compte aucune victoire en Coupe du monde à son palmarès, n'en revenait pas d'avoir décroché l'or olympique de la descente dimanche, même s'il avait compris tout de suite que cette piste était faite pour lui.

Q: Pensiez-vous gagné l'or de la descente olympique, vous qui n'aviez jamais gagné en Coupe du monde ?

R: "C'est vraiment incroyable. Le titre olympique est la chose la plus grande que l'on puisse réaliser en tant que sportif. Les dernières courses, j'étais proche du podium. Mais je savais que je pouvais être dessus. Dès le premier entraînement ici, j'ai compris tout de suite que cette piste m'allait bien. Aujourd'hui en franchissant la ligne d'arrivée, je savais que j'avais fait une belle course, mais de là à gagner... Un peu après moi, c'était au tour de Bode Miller. Il allait très vite, puis sur la fin il a pris du retard. Moi, je m'étais concentré sur le bas, car je savais, au vu des entraînements, que je pouvais faire la différence là. C'est à ce moment là que j'ai compris que ce serait suffisant pour avoir une médaille. Puis il y a eu Christof Innerhofer qui était longtemps en tête. Mais partir dans les premiers était absolument un avantage aujourd'hui. J'ai vraiment réalisé quand à la cérémonie, on m'a présenté comme le champion olympique. C'est incroyable !"

Q: L'équipe masculine autrichienne était rentrée bredouille des Jeux de Vancouver. Cette fois, vous lui apportez l'or d'entrée...

R: "Il y a quatre ans, je n'étais qu'encore au niveau des courses FIS (troisième division, NDLR) et j'essayais de décrocher des médailles chez les juniors. Beaucoup de choses ont changé pour moi en deux ans, qui font que je peux maintenant jouer devant, avec les meilleurs. C'était très important de ne pas se laisser gagner par la pression. L'année dernière, l'équipe a essuyé beaucoup de critiques. Mais Hannes Reichelt a remporté cet hiver la plus importante des descentes de Coupe du monde (Kitzbühel, en Autriche, NDLR) et maintenant, nous avons déjà un titre olympique..."

Q: Quel rôle joue dans votre carrière votre père Helmut, qui fut lui-même médaillé d'argent, en super-G aux JO de Calgary en 1988 ?

R: "C'est mon père qui m'a fait découvrir le ski. C'est clair qu'il est très important dans ma vie. Mais ces dernières années, j'ai pris les choses en main par moi-même et je me suis dit que c'était important que les gens comprennent que je faisais cela pour moi. Mais il était toujours là quand j'étais jeune, il me montrait comment skier et le faire bien."

Propos recueillis en conférence de presse

stp-ssw/jr

PLUS:hp