NOUVELLES

Corées: les manoeuvres USA-Corée du Sud coïncident avec les réunions des familles

09/02/2014 09:35 EST | Actualisé 11/04/2014 05:12 EDT

La Corée du Sud et les Etats-Unis ont annoncé lundi que leurs manoeuvres militaires conjointes débuteraient le 24 février, coïncidant ainsi avec les dates prévues pour une réunion des familles coréennes séparées par la guerre, que le Nord menace d'annuler.

Les exercices militaires annuels américano-coréens --condamnés par Pyongyang qui les considère comme un entraînement à l'invasion de la Corée du Nord-- se dérouleront du 24 février au 18 avril, a indiqué la force de commandement conjointe dans un communiqué.

Quelque 12.700 soldats américains y prendront part, a ajouté la force de commandement, précisant que le Nord avait été informé de la nature "non agressive" des exercices.

Le Nord a appelé à plusieurs reprises Séoul et Washington à renoncer à ces manoeuvres, menaçant d'"un holocauste défiant l'imagination" si les exercices avaient bien lieu.

Séoul et Pyongyang se sont mis d'accord mercredi dernier sur la tenue d'une réunion des familles séparées par la guerre de Corée (1950-1953), une première depuis plus de trois ans. Les réunions doivent se dérouler du 20 au 25 février, côté Corée du Nord.

Mais 24 heures après cet accord, Pyongyang menaçait d'annuler le projet en raison du vol de bombardiers B-52 américains dans le cadre d'un "entraînement de frappes nucléaires" au large de la péninsule coréenne.

La présidente sud-coréenne Park Geun-Hye a demandé au Nord de respecter ses engagements, par égard pour les membres des familles concernées, dont la plupart sont très âgés.

En septembre dernier, Pyongyang avait annulé à la dernière minute des réunions semblables et plusieurs experts s'attendent à un scenario semblable cette fois encore.

Les manoeuvres militaires conjointes américaines se déroulent en deux étapes. "Key Resolve" dure une semaine et consiste principalement en des exercices de simulation par ordinateur. "Foal Eagle" comprend elle, pendant huit semaines, des exercices sur terre, sur mer et dans les airs.

Séoul et Washington soulignent que ces manoeuvres annuelles sont de nature défensive et visent à entraîner les troupes en cas d'attaque du Nord.

Les États-Unis comptent quelque 28.000 soldats stationnés en Corée du Sud.

Les manoeuvres de 2013 avaient été marquées par de fortes tensions, la Corée du nord menaçant de réaliser des tirs nucléaires préventifs alors que des bombardiers nucléaires américains effectuaient des entraînements au dessus de la péninsule.

La Corée du Nord, qui menace à l'envi les États-Unis et nombre de ses voisins en Asie de guerre totale, a procédé l'an dernier à son troisième essai nucléaire souterrain, défiant les résolutions du Conseil de sécurité des Nations unies.

gh/fmp/all

PLUS:hp