NOUVELLES

Angleterre - 25e journée: Hazard propulse Chelsea devant Arsenal

08/02/2014 12:22 EST | Actualisé 10/04/2014 05:12 EDT

Un triplé de Hazard contre Newcastle (3-0) combiné à la claque infligée par Liverpool à Arsenal (5-1) permet à Chelsea de prendre la tête du championnat d'Angleterre samedi après la 25e journée.

Après les Gunners et les Citizens, cela pendait au nez de la Premier League qui se retrouve donc avec un nouveau leader.

Jamais aussi haut cette saison, les Blues, 3e au coup d'envoi de la journée, ont capitalisé sur leur extraordinaire victoire contre City (1-0) lundi pour torpiller Newcastle et confirmer leurs excellentes dispositions du moment, malgré tous les efforts faits par Mourinho pour diminuer la pression sur sa jeune équipe.

La voilà pourtant 1re avec un point d'avance sur Arsenal, et deux sur Manchester City, qui n'a pas réussi contre Norwich à repartir de l'avant (0-0) et chute d'une place.

Logiquement, Chelsea doit cette percée à Hazard, son meilleur joueur du moment. Contre des Magpies toujours déboussolés par le transfert de Cabaye au Paris SG et qui continuent de déjouer (8), le Belge a ainsi inscrit un retentissant triplé (27, 34, 63 s.p.) qui porte à 12 son total personnel de buts.

Arsenal étrillé par Liverpool

Avant les retrouvailles avec la Ligue des champions, le "petit cheval" de Mourinho ne s'est jamais senti aussi bien.

On n'en dira pas autant de ses deux plus proches poursuivants, et notamment des Gunners, étrillés par des Reds (5-1) qui s'affirment eux comme le candidat idéal pour la 4e place avec six victoires et deux nuls en 2014 toutes compétitions confondues.

Menés 4-0 au bout de 20 minutes, les Londoniens mettent fin à une série de dix matches d'invincibilité et ce premier revers dans une aussi grande largeur que le dernier, mi-décembre contre City (6-3), a de quoi inquiéter Wenger.

Son équipe, qui recevra Manchester avant de rejouer Liverpool en Coupe puis d'accueillir le Bayern, vient en effet d'entrer d'une bien mauvaise façon dans une zone de turbulences.

Cette désillusion avec une équipe qui avait quand même de l'allure malgré les absences de Ramsey, Flamini ou Walcott, rappelle aussi que depuis fin octobre ses hommes sont plus sérieux et appliqués que réellement flamboyants.

Suarez bien tenu, Liverpool a trouvé d'autres armes, comme deux coups de pied arrêtés dévastateurs de Gerrard pour Skrtel ou la vitesse des flèches Sterling (2 buts) et Sturridge (1).

Émietté, concassé, prenant l'eau de toute part et notamment au milieu, Arsenal n'a pu que sauver l'honneur sur un penalty d'Arteta. Sur le coup, les Londoniens peuvent remercier Gerrard, qui leur a fait un cadeau en taclant sèchement "Ox".

Après un tel revers à un moment de la saison aussi crucial, difficile de voir comment Arsenal peut s'en remettre.

City manque de réalisme

Même s'ils se trouvent un cran derrière, les Citizens semblent eux garder des cartes en main pour lutter jusqu'au bout avec Chelsea malgré leur coup d'arrêt chez les Canaries (16).

Contre Norwich, City a dominé et même touché le poteau et seul le réalisme lui a fait défaut.

Après la fin de 20 matches d'invincibilité lundi, Pellegrini traverse une mauvaise passe due à l'absence d'Agüero devant et de Fernandinho au milieu, mais son équipe a donné depuis plusieurs mois des gages qui peuvent lui permettre d'espérer traverser un enchaînement délicat Sunderland-Chelsea (en coupe)-Barcelone-Stoke-ManU en 20 jours.

Dans le bas du classement, West Ham (15) a quitté la zone des relégables grâce notamment aux 3e et 4e buts (2-0) en une semaine de Nolan contre Aston Villa (12).

A noter que le mercato n'est pas inutile puisque Ince et Ledley, recrutés cet hiver, ont réveillé (3-1) Crystal Palace (14) et enfoncé West Brom (18), tout comme Jelavic et Long, buteurs lors de la victoire (2-0) de Hull (11) à Sunderland (17) après avoir été transférés en janvier.

En fin d'après-midi, Swansea (10) a pris une belle revanche (3-0) sur Cardiff (19) dans le derby gallois après sa défaite à l'aller (1-0). Monk, remplaçant au pied levé de Laudrup, commence donc bien son mandat tandis que, en face, Solskjaer continue de faire la grimace.

cd/bvo

PLUS:hp