NOUVELLES

RDC: un chef de l'opposition empêché de quitter Kinshasa

07/02/2014 10:25 EST | Actualisé 09/04/2014 05:12 EDT

Vital Kamerhe, chef d'un des principaux partis de l'opposition congolaise, a affirmé vendredi avoir été empêché de quitter Kinshasa dans la matinée alors qu'il devait se rendre à Goma, dans l'est de la République démocratique du Congo (RDC).

Selon M. Kamerhe, président de l'Union pour la Nation Congolaise (UNC), son avion affrété pour l'occasion a été empêché de décoller au dernier moment. Par radio, "on nous a signalé que monsieur Kamerhe et sa délégation ne doivent pas aller à Goma", a-t-il expliqué à l'AFP.

Arrivé troisième à la dernière présidentielle, en novembre 2011, l'ancien président de l'Assemblée nationale voulait se rendre à Goma, capitale de la province du Nord-Kivu, pour lancer une "caravane de la paix" à laquelle devaient participer des opposants et la société civile (associations, organisations, syndicats...).

Interrogé par l'AFP, le porte-parole du gouvernement Lambert Mende a affirmé, sans plus de précision, que le débarquement de M. Kamerhe était lié à "des problèmes avec les autorités de l'aviation civile et la compagnie aérienne".

Ex-meilleur allié de M. Kabila, M. Kamerhe est aujourd'hui l'un des opposants les plus actifs.

Le 11 janvier, l'UNC avait dénoncé l'existence d'un document à en-tête de la Direction générale de migration (DGM), daté du 6 janvier, et stipulant que M. Kamerhe est "interdit de quitter le territoire". Le gouvernement avait ensuite assuré que le document était un faux et qu'une enquête était en cours.

La RDC traverse une crise politique depuis les élections présidentielle et législatives contestées de novembre 2011 qui ont permis à M. Kabila, à la tête de l'Etat depuis 2001, de se maintenir au pouvoir pour un nouveau mandat de cinq ans. Selon la constitution, il ne pourra pas se représenter en 2016.

hab/mj/mba

PLUS:hp