NOUVELLES

Les dix moments clefs de l'été 14

07/02/2014 02:45 EST | Actualisé 08/04/2014 05:12 EDT

De l'assassinat de François-Ferdinand, héritier de l'empire austro-hongrois, aux batailles de la Marne et de Tannenberg (aujourd'hui en Pologne), voici les 10 dates clefs de l'été 1914 :

- 28 juin : assassinat de l'archiduc François-Ferdinand de Habsbourg à Sarajevo par l'étudiant nationaliste serbe bosniaque Gavrilo Princip. L'Autriche-Hongrie déclare la guerre à la Serbie un mois plus tard. Par réaction en chaîne, le jeu des alliances entre puissances va faire basculer en quelques jours le monde dans le conflit .

- 5 juillet : l'Allemagne apporte son soutien à l'Autriche.

- 28 juillet : L'Autriche déclare la guerre à la Serbie et bombarde Belgrade, après lui avoir adressé un ultimatum inacceptable le 23 juillet.

- 30 juillet : la Russie, protectrice de la Serbie, décide la mobilisation générale pour intimider l'Autriche.

- 1er août : mobilisations générales en Alemagne et en France. Berlin déclare le même jour la guerre à la Russie.

- 3 août : L'Allemagne déclare la guerre à la France, et les troupes allemandes envahissent la Belgique. Le lendemain, la Grande-Bretagne déclare la guerre à l'Allemagne pour violation de la neutralité belge.

- 17 août : offensive russe en Prusse orientale. Les forces allemandes battent en retraite, surprises par la rapidité et l'ampleur de cette attaque, et doivent faire venir des renforts du front ouest.

- 18/22 août : "bataille des frontières" et déroute de l'armée française. Elle perd 27.000 hommes le 22 août, journée la plus meurtrière de toute son histoire.

- 26/30 août: contre-offensive victorieuse des Allemands en Prusse orientale. Ils écrasent l'armée russe à Tannenberg, ce qui va leur donner le temps de se renforcer sur le front oriental pour prendre ensuite définitivement l'ascendant sur les forces russes. Mais ce sera au détriment du front occidental.

- 4/10 septembre : alors qu'ils approchent de Paris, les Allemands sont stoppés sur la Marne par les troupes du général Joffre, qui les repoussent vers le nord. Cette première grande victoire française, qui change le cours de la guerre, fait 500.000 victimes des deux côtés. Les deux armées, sonnées par la violence des combats et à court de munitions, vont progressivement s'enterrer et ne parviendront plus à lancer de grande offensive victorieuse avant le printemps 1918.

ccd/lma/phv

PLUS:hp