NOUVELLES

JO-2014 - Biathlon: Fourcade, Svendsen et Bjoerndalen pour le coup de feu

07/02/2014 04:48 EST | Actualisé 08/04/2014 05:12 EDT

Le Français Martin Fourcade, et le duo norvégien Emil Hegle Svendsen-Ole Einar Bjoerndalen, donnent le coup de feu des épreuves de biathlon des JO de Sotchi, samedi, avec le sprint sur les hauteurs du complexe Laura.

Il y a comme un air de règlement de compte qui circule dans les montagnes de Sotchi. Et de OK Corral à OK Laura, il n'y a qu'un pas que les biathlètes piaffent d'impatience de franchir.

Ce sera fait samedi, à partir de 18h30 locales (14h30 GMT), pour le sprint (10 km de ski de fond entrecoupés de deux séances de tir, une couché, une débout), avec la chronique d'un duel annoncé entre Fourcade et Svendsen, qui dominent la discipline depuis deux ans.

"Il n'y pas de bataille ou de duel entre Svendsen et moi. Ce sera d'abord une bataille contre moi et ensuite je verrai contre qui je serai", a lancé Fourcade, remonté comme une pendule et qui se sent capable, "comme sans doute Emil", de briller dans les six épreuves au programme.

L'an passé aux Mondiaux de Nove Mesto (République Tchèque), Svendsen a enfoncé le pré-carré du Français, vainqueur des deux dernières éditions du classement général de la Coupe du monde, pour s'octroyer quatre titres mondiaux (sprint, poursuite et les deux relais).

La carotte de Bjoerndalen

Le Norvégien, âgé de 28 ans, a déjà goûté à l'or olympique, doublement sacré à Vancouver en 2010 (20 km, relais).

Ce n'est pas encore le cas de Martin Fourcade, médaillé d'argent en 2010 sur la mass start à 21 ans, prélude à son envol.

Le cadet des Fourcade, dont l'aîné Simon sera également au départ du sprint, possède donc à Sotchi l'occasion de prendre une éclatante revanche, en plus d'asseoir sa domination sur la discipline, à 25 ans.

Mais il serait trop simple de ne miser que sur Fourcade ou Svendsen. Parce que si les deux hommes dominent la discipline, l'olympisme a son histoire et Ole Einar Bjoerndalen entend y prendre toute sa place.

Dans un sport où les ratés au tir sont souvent rédhibitoires, Bjoerndalen fait figure de guide, du haut de ses 40 ans et de ses 11 médailles olympiques (6 or, 4 argent, 1 bronze).

Depuis trois ans, le patriarche du biathlon subit certes la loi de ses cadets, mais le Norvégien a une carotte sans équivalent pour cultiver son appétit: devenir le sportif le plus médaillé de l'histoire des jeux Olympiques d'hiver, toutes compétitions confondues.

Il manque une breloque à Bjoerndalen pour égaler son compatriote fondeur Björn Daehlie, actuel prophète avec 12 médailles (huit or, quatre argent).

Samedi constitue donc pour lui la première des possibilités, même si c'est sans doute en relais que Bjoerndalen aura le plus de chance d'assouvir ses ambitions.

La Norvège possède un collectif où chaque individualité peut gagner, à l'image de Tarjei Boe, vainqueur du classement général de la Coupe du monde en 2011.

Et il faudra peut-être aussi miser sur une surprise, puisque le stress, la pression et la particularité des épreuves d'un jour rendent difficile tout pronostic. La nature même des Jeux en fait.

fbr/pga/jr

PLUS:hp