NOUVELLES

Incident diplomatique à Kiev : Victoria Nuland y voit la main de Moscou

07/02/2014 09:24 EST | Actualisé 09/04/2014 05:12 EDT

Des excuses : c'est ce que la secrétaire d'État adjointe Victoria Nuland a offert à l'Union européenne, vendredi, à la suite de la divulgation de l'enregistrement d'une conversation qu'elle a eue avec l'ambassadeur des États-Unis en Ukraine, Geoffrey Pyatt. Cette controverse de nature politique et diplomatique, qui a éclaté jeudi, continue de susciter du remous entre Washington et l'Union européenne.

Les propos échangés durant cet entretien irritent l'Union européenne, la secrétaire d'État américaine adjointe ayant confié à son interlocuteur que l'UE pouvait aller se faire f... ».

Le sujet de cette conversation? La crise ukrainienne devant laquelle l'UE fait preuve de mollesse, de l'avis exprimé par Mme Nuland durant l'entretien.

Devant le repentir de Mme Nuland, vendredi, l'UE est demeurée muette.

La chancelière allemande, en revanche, n'a pas caché son irritation. Pour Angela Merkel, les propos de Mme Nuland sont inacceptables. La chancelière allemande considère que Catherine Ashton, chef de la diplomatie au sein de l'UE, abat un boulot formidable afin de rapprocher le président ukrainien, Viktor Ianoukovitch, et ses opposants, qui ont fait déborder jusque dans la rue leur profond mécontentement du régime.

Pour ne pas être entraînée plus avant dans cette controverse, Victoria Nuland a spécifié qu'il s'agissait d'une conversation de nature diplomatique et privée. Elle s'est de plus étonnée de la qualité « remarquable » de l'enregistrement, qui a été fait à son insu et qui n'est pas daté.

Mme Nuland laisse ainsi entendre que la manœuvre peut avoir émané de Moscou, qui pourrait avoir tenté, de cette manière, d'attiser les tensions entre l'Union européenne et les États-Unis.

Au Kremlin, Dmitry Loskutov, un adjoint du vice-premier ministre russe, Dmitry Rogozin, a nié être à l'origine du coulage de cet enregistrement. Il a affirmé en avoir trouvé trace sur les réseaux sociaux.

Dans l'entourage du président Vladimir Poutine, un conseiller, Sergueï Glaziev, a pour sa part accusé les États-Unis de faire du chantage à l'égard de l'Ukraine, ce qu'a nié Victoria Nuland. De l'avis d'analystes, Moscou reprocherait à Washington de faire ingérence en Ukraine, et d'attiser les tensions. La fuite de cet enregistrement peut avoir eu pour but de mettre en relief les tensions qui existeraient déjà entre les États-Unis et l'UE, relativement à la situation problématique de l'Ukraine.

PLUS:rc